La Légion Celte

Forum du club éponyme de jeux de rôle et figurines de Morlaix
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La geste de Daenerys du Typhon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
edgar pied leger
Edgar
Edgar
avatar

Messages : 1931
Date d'inscription : 06/03/2012
Age : 44
Localisation : t'aimerai bien le savoir hein!

MessageSujet: La geste de Daenerys du Typhon   Mer 19 Juin - 5:53

CHAPITRE PREMIER EVASION DE PORT REALE

« Votre grâce, ça va ? Vous n’êtes pas blessée ? » Demanda le garde royale tout en relevant Daenerys. L’explosion avait été très proche de la cathédrale où ils se tenaient et avaient projeté quasiment tout le monde au sol.
« Oui, ça va, je vais bien. » répondit la jeune héritière.
« Vous devez partir votre grâce. » lui expliqua Ser Carter.
Daenerys regarda autour d’elle et vit que les vitraux avaient volé en éclat ainsi que ses frères qui se dirigeaient vers les vitres pour examiner l’extérieur. Visérys fut le premier à réagir et dit d’un ton de commandement qui ne lui ressemblai guère.
« Ok on y va, suivez-moi ! »
Le jeune baron qui avait été l’héritier désigné du trône jusqu’à ce que son comportement et ses relations en fit une personna non grata à la cour retrouvait pour l’occasion un comportement digne de son rang pensa le ser Carter. En réalité le jeune Targaryen ne pensait qu’à fuir. Le second frère de Daenerys, Aemon, qui avait revêtu l’armure noire de la garde noire aida le conseiller de l’héritière à se relever et dit de sa voix grave :
« Grax protège Daenerys et bougez-vous tous. »
L’attaque les avait surpris dans la cathédrale lors de la cérémonie de remise de l’armure noire. Le vorox ne répondit que par un grognement et se plaça à côté de la belle héritière. Aémon regarda le garde royale et ce dernier fixa le grand chevalier au visage brûlé.
« Ils seront sur nous d’ici quelques minutes, je viens de voir les forces de Barathéon prendre le poste de défense 41. »
« Je vais les retenir avec le reste de mes hommes. » dit Ser Carter avant de partir.
Ils étaient une bonne dizaine à courir derrière Visérys sans savoir où il les menait. Outre les trois frères et sœurs il y avait Grax le vorox garde du corps, Mestre Jan Ven Fodji le confesseur et conseiller Ur Obun de Daenerys, Dax le truand et meilleure ami de Viserys, Sun ki moon Ur Ukar amie de Viserys et ancienne maitresse de celui-ci. Il y avait aussi Jenson l’aurige, pilote et ami de Viserys ainsi que son coéquipier l’ingénieur Coolidge, et enfin Gender le recruteur garde du corps.
Soudain Viserys stoppa et passa la main derrière une colonne, un clic retentit et un clavier sortit du mur, sans se soucier des regards surpris de son frère et sa sœur, il tapa un code et dans un grand bruit une porte secrète s’ouvrit.
« Allez ! Entrez-la dedans. » Ordonna-t-il.
Un escalier assez large pour le vorox descendait, éclairé par des lumières rouges vacillantes. Ils arrivèrent bientôt dans un grand couloir, ils se mirent à courir à grand enjambés. Après quelques minutes d’une course effrénée ils profitèrent d’une intersection pour se reposer. Dax regarda son ami et demanda :
« Par où ? »
« L’astroport est par là. » Viserys indiqua le couloir à leurs droites.
Daenerys en profita pour demander à son frère :
« Comment connais-tu ce passage secret ? »
« J’ai suivi discrètement notre père une fois, après j’ai gardé le secret. Fallait bien pour aller au bordel discrètement. »
« Bon assez ! On y va. » dit Aemon
Alors qu’ils allaient partir en courant dans le couloir menant à l’astroport Dax s’arrêta voyant le regard de son amie Sun. Viserys avait également vu le regard de l’Ur Ukar.
« Un problème Sun ? »
« Ouais ! on vient. »
« On a une autre issue. » demanda le garde noire.
Viserys indiqua le tunnel de gauche
« Par là on va vers la porte Nord. »
Puis le tunnel du centre
« Par là ça débouche à Culpucier. »
« On va vers la porte noire. » dit Aémon.
« Nan on sera plus en sureté à Culpucier, j’y connais du monde. » expliqua Dax.
« Décidez-vous car on vient derrière nous. » dit  Mestre Jan.
« Ils seront sur nous d’ici 3 minutes. » dit Sun.
« Culpucier. » ordonna Viserys et la troupe de le suivre dans sa course effrénée. Des tirs de lasers et de mitraillette claquèrent derrière eux.
Gender lâcha quelques rafales derrière lui pour couvrir la retraite aidé par Coolidge et Jensen.
Ils arrivèrent bientôt devant une porte que le jeune targaryen s’empressa d’ouvrir puis Dax et Sun passèrent devant pour se repérer dans le dédale du bidonville le plus puant de Port Réale.
« Ok je sais où on est ! J’ai un pote qui planque pas loin, il va nous aider. » expliqua le fouinard.
« Suivez-moi. »
Ils pouvaient entendre les explosions dans la ville, les cris de femmes un peu partout et des barges volantes passer au-dessus des bâtiments de la ville. La bannière qui flottait dans ses barges était celui du loup, la bannière des Stark.
« C’est qui ton pote ? » demanda Viserys.
« C’est Jez. »
« Et il est fiable ? » demanda Daenerys.
« Autant qu’un voleur peut l’être votre grâce. » répondit Dax non sans ironie.
« Pas le choix on y va ! Faut pas rester là. » dit Aemon.
« T’inquiètes Daenerys c’est un de mes amis. » dit Viserys.
Ce qui précisément n’avait rien pour rassurer la jeune héritière. Gender sortit en dernier et commença à piéger l’issue du tunnel avec plusieurs grenades.
« Allez-y. »
Ils marchèrent dans un dédale de ruelles lorsqu’ils virent sortir un soldat Lannister d’un bâtiment. Le vorox se jeta sur lui avec toute sa fureur mais l’étroitesse des ruelles génèrent le puissant garde du corps. Malgré tout il écrasa le soldat de toute sa masse et enfonça ses mains dans la trachée de celui-ci. Le reste du groupe continuèrent à suivre Dax.
Le regard de Grax se porta sur l’intérieur du bâtiment et vit deux autres gardes qui le regardèrent tétanisé par la peur. Le vorox plein de rage se jeta sur eux mais une fois encore l’étroitesse des lieux gêna ses mouvements, néanmoins il se débarrassa de ses ennemis sans trop de problème.
Il retrouva le groupe grâce à Gender qui l’avait attendu non loin de là.
« Suis-moi Grax. »

***
Ser Carter effectua une série de parade et d’une contre-attaque éclair transperça son adversaire. Il était le dernier rempart de la reine. Il avait tué près de 10 hommes dans son combat mais il se savait perdu car il allait être prit par le nombre. Soudain il vit surgir un géant qu’il ne connaissait que trop bien Ser Gregor Clegane dit la montagne. Celui-ci écarta sans ménagement les gardes qui le gênait et asséna un puissant coup de masse d’espadon à Ser Carter qui fut en partie stoppé par le bouclier de combat. Le coup s’écrasa sur l’épaule du jeune chevalier et arracha une partie de son armure. Il fut sonné par la violence du coup et tituba sous le choc.
La montagne asséna un second coup aussi puissant que le premier et décapita le garde de la reine.
Cette dernière venait de boire la cigüe et mourut quelques instants après.
***
Jez les avait laissé entrer, non sans difficultés mais Dax avait sauvé par le passé le brigand et celui-ci lui devait bien cela. Cependant il regardait le groupe avec beaucoup de peur. Daenerys avait réprimée un haut le cœur et gardée son masque imperturbable en entrant dans ce taudis, cela devait être un bar ou un restaurant avant mais portes et fenêtres étaient barricadées avec des hommes en guenilles devant.
« Qu’est ce tu viens foutre ici avec la famille royale en plus ? J’sais pas si t’es au courant mais tout le monde les recherche. »
« Ouais j’viens te demander ton aide. »
« Qu’est-ce que tu veux ? »
« Que tu nous emmènes à l’astroport. »
« C’est mort, il est aux mains des Lannister, Jaime Lannister le tient avec un régiment. »
« Alors un autre moyen de quitter ce coin. T’as moyen de nous faire quitter les lieux ? »
« Si j’avais les moyens je s’rais plus là ! Quasiment l’intégralité de la ville est aux mains des rebelles. Ils fouillent partout. Le seul moyen que je connaisse pour quitter la ville, et c’est suicidaire, c’est de prendre la navette de Maître Low. »
Dax et Viserys lâchèrent un long sifflement à l’énoncé du nom du chef de la guilde des fouinards de la planète.
Aémon demanda un peu surpris, il faut dire qu’il avait passé l’essentiel de sa vie loin de la politique et de la ville :
« C’est qui Maître Low ? »
« Le parrain de la ville et le grand maître des fouinards. » expliqua Dax.
« Comme vous voyez c’est impossible. »
« Impossible ou pas il faut le tenter c’est notre unique solution. » dit Aémon.
« C’est clair que l’on a pas 36 solutions. » répliqua son frère.
Ils jetèrent un coup d’œil à leur sœur qui acquiesça d’un hochement de tête.
Viserys regarda à nouveau son pote Jez et lui demanda :
« T’as moyen de nous y emmener ? »
« Mouais, mais je veux que tu me donnes ta promesse que tu me revaudras cela. »
« Je te le promets. »
« Je vais vous faire passer dans les égoûts et vous faire sortir au couvent. »
« Lequel ? Celui des ursulines ? Celui des Capucines ? » demanda Mestre Jan.
« Pas ce genre de couvent, mestre. » dit Viserys.
« Ah ! Quel genre alors ? »
« C’est un bordel dirigé par une femme se faisant appelé Sœur Teresa. » expliqua le jeune noble non sans sourire bêtement à la vue du mestre choqué.
Aémon réprima une moue de dégoût et dit :
« Ne restons pas là. On y va. »
***
Robert Barathéon entra dans la salle du trône ou la dépouille du roi était allongée au milieu des corps de ses gardes. Robert est un colosse de près de 2m00 de haut et paraissait encore plus puissant dans son armure. Il se pencha pour prendre la couronne et partit s’asseoir sur le trône de fer qui siégeait au fond du trône. Aussitôt ses soldats et bannerets se trouvant là hurlèrent :
« VIVE LE ROI ! »
Robert 1er regarda l’un de ses bannerets Ser Claudric et dit de son ton sec :
« Pendez-moi ce pourri ! »
« Bien votre majesté. »
Sur l’entrefaite Ser Tywin Lannister entra, accompagné de ses trois enfants Jaime et Cerseï ses magnifiques jumeaux et Tyrion l’infâme gnome qui paraissait encore plus ridicule dans son armure de combat taillée pour lui.
« Votre majesté ? » dit le chef de la maison Lannister.
« Vous ne perdez pas de temps Lannister ! » dit Robert.
« Je ne pouvais pas refuser à ma fille de rejoindre son futur mari. »
Il faut savoir que Lannister avait conditionné son aide à la condition que sa fille épouse le futur roi.
« Certes prenez place à côté de moi ma chère. »
Cerseï marcha vers le siège installé à côté du trône, non sans jeter un dernier regard triste à son frère jumeau. Ce dernier s’avança et mis genou à terre, la main sur le cœur.
« Votre majesté, permettez-moi d’être le premier à vous demander de rejoindre la garde royale. »
Ser Tywin Lannister réprima de justesse un cri de fureur à l’encontre de son fils préféré mais la fureur se lisait sur les yeux du terrible maître de la maison des terres de l’ouest. Ce crétin renonçait à être son successeur en faisant cela.
« C’est avec joie que j’accepte Ser jaime. » dit Robert Barathéon.
Ni lui, ni Tywin ne virent le regard que s’échangèrent les deux jumeaux et le léger sourire sur le visage de Cerseï. Personne ne l’avait vu excepté Tyrion…
***
Une fois de plus Dax entra le premier suivi de Sun la taciturne Ur Ukar et de Viserys, chacun avait dégainé leurs pistolets blasters et avançaient prudemment. Les hurlements qu’ils entendaient dans le bâtiment leurs indiqua que les soldats étaient là, certainement en train de violer les putes. Viserys fit un petit signe de tête et les trois amis grimpèrent les escaliers et ouvrirent la porte qui donnait dans le hall d’entrée. Ils se cachèrent dans les tentures pour observer. Ils voyaient des hommes de Lannister en train de poursuivre et violer des prostitués. Sans se concerter ils abattirent de des gardes qui étaient en bas. Le bruit caractéristique du blaster donna immédiatement l’alerte. Sun se retourna et regarda en bas, elle voyait sortir du tunnel tout le reste, elle fit un geste pour signaler le combat.
Aussitôt Aémon ordonna à Grax :
« Protèges Daenery ! »
Mais la fureur du vorox s’était déjà emparée de lui et il se rua vers l’étage. Sun eu juste le temps de se déplacer pour l’éviter.
« Nooon ! Reviens-là ! » Hurla Aémon en vain. Silencieusement Gender se plaça sur le côté et se mit en protection.
Au-dessus Dax et Viserys avaient déjà abattus deux gardes et s’apprêtèrent à tirer lorsque le Vorox sortit et dans sa fureur plaça un puissant coup d’épée au premier ennemi venu, malheureusement l’étroitesse des lieux fit qu’une fois de plus Grax fit preuve de maladresse, son épée termina sa course dans le dos de l’ur ukar qui heureusement pour elle avait son bouclier énergétique. Ce dernier absorba la totalité du choc et s’illumina de rouge quelques instants dans un grondement strident le temps pour lui de décharger l’énergie absorbée.
L’arrivée du vorox en furie avait stoppé net la charge ennemie, ce temps mort permis à Dax et Viserys d’abattre encore deux ennemis. De son côté, le coup porté par Grax avait surpris Sun et celle-ci avait manqué les deux gardes qui se ruaient sur elle. L’Ur Ukar couvrait les arrières de ses amis en étant dos à Viserys.
Grax leva la tête et entendit les pas lourds au-dessus de lui, il lâcha son épée et sauta sur le balcon de l’étage. Il frappa le géant qui descendait sans grande réussite. Mais cela suffit à surprendre celui-ci qui lâcha son espadon. Il prit une masse d’armes et asséna un violent coup au vorox qui retomba dans le hall d’entrée. Ce dernier secoua la tête et se releva. Dax et Viserys profitèrent de l’accalmie pour se repositionner et avoir un meilleure angle de vue.
De son côté Sun se battait au corps à corps avec deux gardes et esquivait sans mal la plupart des coups. Le peu de coups qui passaient étaient absorbés par son bouclier énergétique. Elle profita d’une erreur adverse pour abattre ses deux opposants.
Aémon arriva enfin dans le hall, il avait prié son dieu le Pancréateur pour générer un bouclier à Daenerys avant de monter.
Le géant Lannister descendit l’escalier et cueillit le vorox qui se jetait sur lui d’un coup de masse. Grax encaissa le coup dans un hurlement de douleur mais resta accroché à lui.
« Grax dégages ! » hurla Viserys en vain une fois de plus. Le Vorox était entièrement pris dans sa fureur.
Il faut dire que lui, Dax et Sun visaient l’ennemi et que l’imposante carcasse du vorox leurs bouchait la vue. Sun tira dans le dos de Grax qui hurla de douleur et bougea suffisamment pour offrir un angle de tir à Dax et Viserys qui tirèrent ensemble. Les deux tirs firent exploser la tête du garde. Le calme revint tranquillement mais ils ne perdirent pas de temps, ils fouillèrent la maison à la recherche d’ennemi et vérifier si les femmes allaient bien. Après avoir pris le temps de soigner la Sœur Teresa et ses filles blessées, ils prirent le temps de faire le point. La maison de maître Low ne se trouvait qu’à peine 100m de là où ils se trouvaient. En voyant les uniformes des gardes Lannister une idée germa bien que tout disait que cela ne passera pas, cela était trop gros.
« On se déguise en Lannister et on demande à voir Maître Low. » expliqua Viserys à sa sœur.
« C’est très risqué, voire impossible mais c’est la seule chose que l’on n’attendra pas de nous. » continua-t-il.
« Le pari est risqué en effet mais cela peut marcher. » répondit son frère.
« Vous êtes fou ! Votre plan n’a pas une chance de réussir. » s’exclama Sœur Teresa. Cette dernière était réellement sœur dans un ordre appelé Honoré Matriarches d’une ville d’Essos, on les appelait également les prêtresse-putain.
« Tu devrais fermer ta boutique et quitter le coin, ma chère sœur Teresa. » s’inquiéta Viserys.
« Ne t’inquiètes pas, demain ce sera terminé et tout reprendra son cour mais merci de ta sollicitude. »
« On tente le coup. » dit une voix calme.
Tout le monde se retourna vers Daenerys qui n’avait quasiment pas parler depuis le début de la journée.
« T’es certaine ? » demanda Viserys et Aémon en même temps.
« Oui. » répondit-elle simplement avant de replonger dans son mutisme.
« Teresa, nous allons avoir besoin de tes talents de maquilleuse pour nous grimer un peu. Notre belle couleur de cheveu et nos yeux ne sont que trop repérable. »
« Bien sûr. » la sœur claqua dans ses mains et trois femmes arrivèrent peu après.
« Occupez-vous de teindre les cheveux de la princesse et de ses frères. » ordonna-t-elle.
***
« La ville est tombée entre nos mains, votre majesté. » expliqua Ser Christian Ballard, général en chef de l’armée du nouveau roi.
« Parfait ! »
« Votre plan a parfaitement fonctionné, majesté. Le roi fou a envoyé la majeure partie de son armée attaqué votre fief et je vous annonce que votre frère Stannis tient bon. Lord Eddard a regroupé ses troupes et se dirigent vers lui pour lui porter assistance. » Continua le général en désignant les écus sur le système holographique stratégique.
« Où sont les héritiers ? » demanda-t-il à Maître Low, maître-espion, chef de la guilde des fouinards et traître de l’ancien roi. C’est lui qui avait fait entrer la majorité des forces du nouveau roi.
« Nous les recherchons encore activement, votre majesté, mais j’ai bon espoir de les voir entre mes mains avant la fin de la journée. »
« Bien ! »
En réalité Low savait pertinemment où se trouvait les héritiers du trône. Ils étaient au « couvent » depuis une bonne heure et projetaient de lui vole sa navette. Il s’inclina respectueusement et quitta la pièce, il prit un communicateur et appela son adjoint Dimitri.
« Ils ne devraient plus tarder, Dimitri. Tu as compris ce que j’attends de toi. »
« Oui Maître Low. La navette est prête avec les codes d’accès à jour. »
***
Daenerys et sa suite avançait dans la rue d’un pas déterminé, ils étaient en vue de l’entrée de la propriété qui était gardé par des hommes de Barathéon. Le sergent avança d’un pas décidé et hurla :
« Halte ! Identifiez-vous ! » ordonna-t-il.
Viserys ne laissa pas le loisir au sergent de continuer ainsi et hurla d’un ton sec de commandement
« Tais-toi ! Et montre le respect qui lui est dû à l’ambassadrice Dilma Lannister envoyé par Ser Jaime pour parler à Maître Low. »
« Maintenant annonces sa venue immédiatement. »
Chacun retint son souffle en attendant la réaction du sergent, chacun était prêt à dégainer.
« Ça ne passera jamais ! »pensa Gender.
« B..Bien votre seigneurie, pardonnez-moi, je vous annonce de suite. » Bafouilla le sergent.
Le sergent retourna à la guérite et parla dans un téléphone. Il ressortit quelques instants après et dit :
« Vous pouvez entrer votre seigneurie. » dit simplement le garde.
***
Dimitri regarda les écrans de sécurité et voyait entrer Daenerys et sa suite dans la propriété. En voilà qui ont du courage pour entrer ici avec juste un peu de maquillage et une tenue de soldat Lannister. Non rectifia-t-il pour lui-même, ils sont désespérés.
« Je vais rencontrer cette mystérieuse envoyée. » dit-il au garde avant de sortir.

***
Le sergent Hart regardait s’éloigner la suite et cette ambassadrice inconnue. Il la connaissait mais d’où ?
« J’la connais cette pute ! Où est-ce que je t’ai vu ? »
Il rentra dans la guérite pour s’asseoir devant son ordinateur et regarder la télévision. Les infos étaient pour bientôt.
***
Viserys, une fois de plus passa devant et parla à l’homme qui s’approchait. Il était habillé avec une tenue très sobre en col Mao. Le jeune noble savait pertinemment qu’il ne s’agissait pas de Maître Low mais d’un quelconque sous-fifre.
« Bien le bonjour Mes seigneurs, je suis Dimitri. » se présenta l’homme.
« Bonjour Dimitri, je suis le chevalier Arnor Lannister et voici l’ambassadrice Dilma Lannister qui a un message important pour Maître Low de la part de Ser Jaime. »
Dimitri réprima un sourire car il savait que Ser Jaime se trouvait en ce moment même avec son maître au palais. Et que s’il avait envie de parler, il n’avait pas besoin d’envoyer une messagère. En plus le maquillage était très mal fait et c’était presque honteux que les gardes n’aient pas reconnu Daenerys.
« Je suis navré votre seigneurie mais Maître Low ne se trouve pas là, il a rejoint le Roi Robert dans son poste de commandement en orbite.
« Bien ! Parfait ! Nous allons réquisitionner cette navette pour nous y rendre. » dit Viserys.
« Ça ne passera jamais ! » pensa-t-il.
Dimitri avait de plus en plus de mal à se retenir de rire, mais il devait reconnaître le toupet de ces personnes. Le genre de type à faire tapis avec une carte haute contre un carré d’as et espérer que son bluff passe.
« Je vais me renseigner auprès de mon maître pour vous donner l’autorisation. Vous permettez ? »
« Bien sûr, faites mon brave. »
Dimitri feint de se retirer pour parler dans son communicateur puis revint se présenter devant Daenerys.
« C’est avec plaisir que Maître Low vous cède sa navette pour le rejoindre. Vous avez besoin d’un pilote et d’un technicien ? »
« Non, merci nous avons tous ce qui nous faut. » Il fit un signe pour Coolidge et Jenson qui se dirigèrent vers la navette. Gender les suivit de peu et feint de chercher une bombe.
Dimitri les regarda faire et se permit de demander :
« Vous n’avez pas confiance dans la sécurité de Maître Low. »
« Bien sûr que oui mais nous sommes en période de guerre et des espions peuvent entrer partout. »
« Vous avez raison, on est jamais trop prudent. » répondit Dimitri avec un sourire de connivence.
« Ah ! je crois qu’il est prêt. » dit-il
« Faites un bon voyage. »
***
Le sergent vit passer l’avis de recherche sur la chaîne info et vit le visage des héritiers. Il sursauta de sa chaise.
« Putain de bordel de merde ! »
« Suivez-moi ! » ordonna-t-il à ses hommes.
Il voyait la navette qui décollait déjà.
« Tirez dessus et empêchez-là de partir. »
Dimitri se dirigea vers les hommes de Barathéon qui tiraient en vain sur la navette.
« Que faites-vous ? » demanda Dimitri.
« C’est Dae.. » il n’eut pas le loisir de terminer sa phrase car Dimitri venait de planter sa dague dans la gorge du sergent. Ses hommes cessèrent de tirer sur le coup de la surprise.
« Cette homme a échoué, il en paye le prix. Toi ! Tu deviens Sergent et ne me déçois pas. » Il avait désigné un caporal.
« Bien monsieur Dimitri » Il salua l’espion qui essuyait sa lame dans la tunique du cadavre.
« Ah ? Et nettoies-moi ce merdier. » Dit-il avant de rentrer au manoir.
***
« Ils sont partis, il y a quelques instants. Ils devraient passer les barrages d’ici quelques minutes. »
« Parfait ! »
***

_________________
"Un bataille  équitable c'est quoi? C'est à dix contre un avec une intense préparation d'artillerie. Si tu veux de la finesse demande à ces tapettes de Space Marines." dixit un lieutenant de la garde Impériale.
"Ah! l'odeur de l'ork brûlé au petit matin, putain que c'est bon!" Le même lieutenant après la bataille.
Revenir en haut Aller en bas
edgar pied leger
Edgar
Edgar
avatar

Messages : 1931
Date d'inscription : 06/03/2012
Age : 44
Localisation : t'aimerai bien le savoir hein!

MessageSujet: Re: La geste de Daenerys du Typhon   Mar 25 Juin - 16:37

CHAPITRE DEUXIEME L'ARRIVEE SUR ESSOS
« Yeaaaah ! On l'a fait Putain ! » Jensen hurla de joie en quittant la planète aux commandes de cette petite navette.
« Hmmm ! Un peu de tenue. » Dit Mestre Jan qui venait de se placer à côté de lui dans le minuscule cockpit.
Dans ce cockpit, il n'y avait que deux sièges dans le cokpit, l'une pour le pilote et l'autre pour l'ingénieur, là où Coolidge avait naturellement pris place. Tous les autres s'étaient installés dans les sièges passagers de ce qui n'était qu'une navette de liaison. Grax émettait des grognements plaintifs car la cabine n'était vraiment pas adapté pour lui.
« Vous ne trouvez pas curieux que la navette de Low soit justement une navette de 15 places et que tous les codes de passage y soient entré. Je vous rappelle que l'armée de Robert est ici et que donc lui aussi. »
« En attendant sa navette, c'est une bouse sauf votre respect. Faudrait pas que l'on combatte car on serait dans une merde noire. Pas vrai Cool ! »
« Ouais Jens', tous les systèmes sont ok mais ya qu'un radar Bendix 17k d'à peine 5 UA de portée, un laser Fuller 54GX et des boucliers de types 1. »
« Ouais ! D'la merde ! Au moins les moteurs sont des GE CF58 5C10 qui en ont dans le ventre, c'est les mêmes que sur les chasseurs hussards. »
Mestre Jan ne comprenait rien au charabia technique des deux hommes amis et n'avait pas besoin de les sonder pour savoir que la situation était encore critique. Mais si un pilote pouvait les sortir de là, c'était bien Jensen, qui s'était autoproclamé meilleur aurige de la galaxie.
« Au moins, on va savoir si les codes fonctionnent, la station STORM me les réclame » expliqua Coolidge.
« Bingo ! Ils sont valides on a le droit de passer Jens' vas-y vole l'air décontracté. »
« Mouais ! On va où alors ? »
« Braavos. »
« Ok on y sera dans 5 heures environ, si on a pas d'emmerdes et j'en doute. » dit l'aurige.
« Pourquoi pensez-vous cela ? »
« Parce que l'espace est loin d'être vide, mestre. » répondit Coolidge pour son ami.
« Bien faites pour le mieux alors. » Mestre Jan repris sa place aux côtés de Daenerys qui regardait d'un air calme l'espace sidéral par le petit hublot.
« Tout ce passe bien ma reine, nous serons à Braavos d'ici 5 heures. »
« Braavos ? »
« Si vous voulez reprendre votre planète, le meilleure endroit pour cela est dans la cité mercenaire. »
« c'est juste. »
***
« Ils ont passé le barrage de Storm et selon leurs vecteurs se dirigent vers Essos. » expliqua Dimitri dans son communicateur.
« Parfait ! »
« J'ai du tuer le sergent de faction qui l'avait reconnu et leurs a tiré dessus alors qu'ils décollaient. »
« Qu'en est-il de la diversion ? »
« Les cadavres calcinés ont été placés dans la maison de feu mestre Pieter. »
« Parfait, j'en informe sa majesté alors. »
***
Une alarme retentit dans le cockpit et Jensen appuya sur un bouton pour couper celle-ci.
« Bingo ! Fais chier d'avoir toujours raison. »
« Renseignes-moi Cool ? »
« 3 Escorteurs Fer-nés de classe inconnue. Certainement des drakkars. »
« OK, mesdames et messieurs, serrez les fesses et vos harnais de sécurité, on est prit en chasse et ça va être sportif. »
Ensuite il appuya sur un bouton pour fermer les sas étanches pour sécuriser le compartiment passager.
« Alors ? »
« Z'arrivent en plein dans tes 15 12 9 »
« c'est parti pour une série de John Derry rolls. On va voir ce que les pilotes fer-nés ont dans le ventre. »
La petite navette partie dans une série de manœuvre avec des changements de direction violente.
« J'l'aime bien ce tas de boue il répond bien. » dit Jensen
« Mouais mais fais gaffe j'ai un début de ionisation d'la coque. Je décharge par les dépertiteurs. » Coolidge n'appréciait guère la façon qu'avait son ami de maltraiter le matériel.
« On va rentrer dans l'atmosphère d'Essos dans quelques minutes. »
« Ok je prépare le plan d'entrée dans l'atmosphère. »
« Tu en as encore deux au cul Jens »
« Bouges pas j'vais leurs faire un truc dont j'ai le secret. »
Jensen pianotait sur le clavier de commande avec une dextérité folle passant d'un panneau de contrôle à l'autre. La petite navette répondait à chaque sollicitation et enchaina une série de manœuvre serrée qui eut raison d'un second drakkar.

Dans le compartiment passager seul Viserys et l'aurige Jasmine avait une idée de ce que faisait Jensen au même moment pour décrocher les poursuivants fer-nés et du talent de celui-ci pour effectuer ces manœuvres. Pour le moment l'espace faisait qu'ils ne ressentaient rien mais dans quelques instants la force de gravité d'Essos allait douloureusement se présenter à eux.

Les premiers tirs du drakkar explosèrent autour d'eux et seul la série de virages effrénés permettaient d'éviter chaque tir de blaster. Soudain un premier tir frappa le bouclier et les alarmes se succédèrent dans le cockpit.
« Renseignes-moi Cool ? »
« Si on reprends un coup comme celui-ci on est mort. »
Une alarme retentit signifiant que le pilotage assisté n'était plus valide et Jensen appuya sur un bouton pour faire surgir un joystick et une manette de puissance.
« Merde j'ai perdu l'assistance, j'passe en manuel. »
« T'as plus non plus d'ordi d'entrée faut que tu fasses l'entrée en manuel mon gars. »
« Bordel de merde ! Ça devient vraiment sportif. »
Jensen et Coolidge suaient à grosses gouttes.
L'aurige fit faire un demi tour à la navette pour la mettre dans le bon sens pour l'entrée dans l'atmosphère et essaya de maintenir son angle d'entrée à 3,75°.
Coolidge parla dans l'intercom pour avertir les passagers :
« Préparez-vous au crash votre majesté. »
Dans le compartiment scellé chacun se regarda d'un air inquiet.
Ils le devinrent encore plus lorsqu'ils virent avec horreur des morceaux de la carlingue enflammée s'arracher avec la vitesse. La gravité d'Essos se faisait ressentir désormais et ils étaient collés à leurs sièges, le visage déformé par la force gravitationnelle. Derrière Grax commençait à paniquer, il était plaqué contre la cloison et se tenait aux derniers sièges. Il hurlait de peur et de rage et avec l'une de ses mains libres commençait à frapper les sièges autour de lui. Il frappa violemment le siège d'Aemon, qui rompit l'une de ses fixations. Un autre coup frappa celui de Gender qui été resté stoïque jusque là mais l'idée de se retrouver dans un avion qui se crash à côté d'un vorox en fureur acheva de l'effrayer.
Devant Mestre Jan plaça sa main sur celle de Daenerys et se mit à lui parler doucement d'une voix posée. Daenerys qui commençait à paniquer commença à ressentir les émotions transmises par son mestre et se calma aussitôt. Puis le Mestre se retourna et fixa du regard le vorox, ses yeux se révulsèrent et il entra dans l'esprit du puissant garde du corps.
« Calmes-toi Grax cela va bien se terminer. »
Le vorox se calma non pas parce qu'il était calme mais parce que Mestre Jan le contrôlait.

Soudain l'aile droite s'arracha et la navette partit en vrille, tournant sur elle même de plus en plus vite. A l'intérieur du compartiment arrière, les forces gravitationnelles mettaient les corps et le matériel à rude épreuve. Un extincteur se décrocha et vint frapper la tête d'Aémon qui s'effondra inconscient. Il ne sentit pas la seconde fixation du siège se rompre.
Cette fois-ci la panique s'était emparé de chacun, la bile et des petits objets volaient dans l'habitacle et frappaient tour à tour chacun d'entre eux. La chaleur dans le compartiment devait atteindre les 60° et augmentaient encore. Ils ne pouvaient ni bouger, ni parler, ils ne pouvaient que prier.
***
La salle du trône, le nouveau roi reçoit les rapports de ses généraux et de ses conseillers.
« Votre majesté nous avons retrouvé les enfants Targaryen. » expliqua Maître low.
Le roi Robert le regarda puis rergarda la tablette tactile qu'il lui tendait et regarda le rapport du médecin légiste qui certifiait l'ADN des cadavres retrouvé dans la maison du grand Mestre du temple.
« Parfait ! Merci Maître Low vous pouvez disposer. »
Maitre Low fit quelques pas à reculons en saluant respectueusement le puissant roi avant de faire demi tour et rejoindre sa place aux côtés des autres conseillers et des maitres de guildes.
Maitre Pieter le grand maitre des bailli, responsable des finances du royaumes le regarda se placer.
« Tout va bien pour vous mon cher Low. »
« Tout va bien pour nous tous Pieter. »
« Certes, c'est un nouvel age qui commence pour nous. J'ai profité de ces troubles pour m'adonner à ma passion. »
« A et qu'elle est-elle ? Low était de plus en plus intéressé par la tournure de cette conversation.
« Où veux-tu en venir ? » pensa le maitre de la guilde des fouinards.
« La radiocommunication ! Vous seriez passionné par ce que l'on peut entendre sur les fréquences HF. »
« J'imagine, des choses des plus cocasses ! Je présume que vous ne parlez pas des communications militaires. »
« Nous y voilà. » pensa le maitre des fouinards.
« Vous présumez bien mon cher, les communications privées peuvent s'avérer fort instructives. »
« J'imagines. »
Malgré toutes les précautions prises, il était désormais évident que le maitre des faces grises avait appris l'évasion de la famille Targaryen grâce à lui. 
« Il faudra que vous m'expliquez ces pratiques, cela à l'air passionnant. »
« Passionnant est le mot, je me ferez une joie de vous faire partager cette passion en privée. Lundi cela ira ? »
« Bien entendu je dois pouvoir me libérer vers 14h. »
« 14h ce sera parfait ! »
***
Dans le cockpit de la navette, la chaleur était intense et Jensen luttait pour redresser la navette folle avec l'énergie du désespoir.
« C'est raté pour Braavos. » pensa-t-il.
La seule option qui lui restait était la mer Dothrak, le grand désert du continent. Il regarda le badin et vit que la vitesse de la navette était telle que l'indication était bloqué au maximum.
« Cool trouves un moyen de nous ralentir. »
L'ingénieur tapait rapidement sur le clavier pour tenter de supprimer les sécurités des moteurs. Il vit sur son indicateur qu'ils avaient perdu la deuxième aile.
« Jens on a perdu l'aile gauche. »
« Tant mieux ça va être plus stable. »
L'aurige jouait désormais avec les manettes de gaz et le manche et réussit à stabiliser l'avion contre toute logique.
« Dans cinq secondes tu pourras actionner les reverses mais on va perdre les moteurs. »
L'ingénieur avait réussi à sauter les verrous des moteurs contre toutes règles et sécurité. Mais c'est la seule solution qu'il voyait sur le moment.
« Ok ! »
« 5 4 3 2 1... »
L'aurige tira sur la manette des reverses et la poussée des moteurs se retourna. La navette cabra violemment et sa vitesse chuta de façon vertigineuse. Les efforts demandés à la navette achevèrent d'arracher les quelques gouvernes qui restaient opérationnelles.
Mais heureusement Jensen avait repris un peu le contrôle de la navette et désormais il pilotait avec les propulseurs de nez destinées aux manœuvres d'arrimages spatiales. Cela ne lui donnait qu'à peine 1° de débattement mais il tentait de guider l'avion comme cela.
Devant lui le grand désert de la mer Dothrak s'étendait devant lui et il lâcha un juron lorsqu'il vit qu'ils fonçaient tout droit vers un massif montagneux.
« Qu'est ce qu'il y a Jens ? » demanda Coolidge.
« Un putain d'arbre ! »
« Quoi ? »
« je me crashe au milieu du désert et je me tape la seule chaine de montagne à 500km à la ronde.
Il est vrai qu'à l'échelle du continent la chaîne rocheuse de la Sierra Dothrak équivalait un petit arbre.
Jensen vit une ouverture dans la chaîne qui s'approchait désormais à plus de 800 km/h ; certainement une ancienne rivière à sec. La seule chance de survie de Daenerys. Pour lui et son pote coolidge, les jeux étaient fait.
« Content de t'avoir connu Cool et désolé pour les 50 dragons que je te dois. »
« Moi aussi heureux de t'avoir connu et j'savais que tu me rembourserais pas salaud ! »
Les deux amis éclatèrent de rire alors que l'indicateur de proximité du sol GPWS égrenait la distance qui les rapprochait du sol.
« Too low terrain ! too low terrain ! too low terrain ! » hurlait maintenant le GPWS.

Une dernière impulsion permis à jensen d'aligner la chute de la navette avec le lit asséché de la rivière. Machinalement il serra les accoudoirs de son fauteuil et se cala au fond de celui-ci.
***
Tyrion et Jaime étaient dans la salle du trône non loin de leurs père à écouter les rapports des différents conseillers.
« Alors mon frère quel effet cela fait de décevoir notre père » Demanda Tyrion à son frère Jaime qui avait revêtu l'armure d'or.
« Je t'en prie Tyrion tais-toi ! » répondit Jaime plus peiné qu'énervé.
« Tu devrais faire comme moi mon cher frère et allez à confesse ! » dit Tyrion avec un petit sourire mutin.
« Toi allez à confesse, c'est le mestre Horace qui se retournait dans sa tombe ! » Jaime éclata d'un petit rire sec.
« Si tu connaissais Soeur Teresa, tu saurais qu'elle est habile à confesser même les plus retors des pêcheurs. » Tyrion rit à son tour.
***
« C'est quoi qu'cte bazar ? » se demanda Old Jim en levant la tête et en regardant la boule de feu qui passa dans un violent grondement.
« On d'rai une boul'd'feu ! »
« C'est un vaisseau spatial qui se crash. » lui répondit Jagger le maire de la ville.
« Un quoi ? »
« Prends une dizaine d'homme et va voir avant que les dothrakis rappliquent, m'étonnerait qu'il y ait des survivants mais récupère-les. »
« Bien m'sieur l'maire, c'est qui ? »
« Des gens qui viennent de très loin. »
« Sur que Jagger y s'y connait en truc bizarre. » pensa Old Jim.
Ce qu'Old Jim ne savait pas c'est que Jagger s'appelait en réalité Jag Morton dernier représentant de la maison Morton de Westeros.
***
Trois véhicules roulaient dans le désert à vives allures, des Dothrakis les terribles barbares nomades de la mer dothrak.
« Ma doué gard' dan l'ciel. » hurla un des dothrakis
« Z'y va d'suite gast ! »
« Fon la caisse les mensh »
***
Le crash fut terrible, mais pas autant que prévu, Jensen avait réussi à stabiliser l'assiette au dernier moment. Malgré tout le choc secoua chacun des occupants dans tous les sens, Grax fut propulsé vers l'avant et frappa violemment le siège d'Aémon qui termina de se rompre. Le siège frappa ensuite celui de Sun et de Viserys, l'ur ukar et le jeune targaryen frappèrent violemment la cloison de devant et tombèrent inconscient.
Le temps parut s'arrêter et durer des heures alors qu'en fait quelques secondes à peine s'étaient écoulées. Le bruit des boucliers énergétiques qui se déclenchaient les uns après les autres dans un grondement de champs électriques était camouflé par le bruit de métal et d'explosion. Les moteurs explosèrent, le carburant s'enflamma, un véritable brasier entoura ce qui restait de la navette.

Après ces interminables secondes, le calme revint peu à peu dans l'habitacle encore scellé et quelques formes encore indistinctes commençèrent à se redresser dans les débris de la cabine.
Grax fut le premier à se redresser et se rua sur Daenerys pour arracher son harnais d'un seul geste. L'héritière du trône était consciente et ne dit rien quand le vorox l'a souleva et se dirigea vers la porte. Grax commença à frapper de plus en plus fort sur la porte blindée qui refusa de s'ouvrir. Mestre Jan qui venait de se dégager s'approcha d'eux et appuya sur le bouton d'ouverture d'urgence. Les gonds explosèrent et la porte fut projetée à plusieurs mètres de là. Le Vorox sortit en protégeant Daenerys de son corps et alla se réfugier à plusieurs mètres de la carcasse de la navette.
« Au moins elle est sauve. » pensa Mestre Jan. Il ne resta pas inactif et entreprit malgré la douleur de dégagé les débris autour de Jasmine qui gisait inconsciente. Il débloqua son harnais et tenta de la soulever pour la sortir des ruines brulantes.
Pendant ce temps Dax avait dégagé ses deux amis qui étaient inconscient, ne sachant lequel de ses amis sortir en premier, il prit les deux en les prenant par le col et en les tirant vers l'extérieur en criant de douleur.
De son côté Gender massa ses cotes douloureuses et se dirigea vers le sas allant vers le cockpit. Par miracle la porte s'ouvrit et le cockpit était complètement détruit. Par miracle les deux hommes semblaient en vie. Ne pouvant extraire les deux, le mercenaire se tourna d'abord vers l'ingénieur à qui il débloqua le harnais. Il retint le corps de l'ingénieur qui tombait, il le souleva et le mit sur son épaule et commença à sortir de la navette.
Le pragmatisme du mercenaire l'avait fait choisir en priorité l'ingénieur qui semblait plus utile sur l'instant.
Dax passa la porte enflammé et grimaça de douleur en ressentant les flammes brûler ses vêtements. Il les traina sur cinq à six mètres puis les lâcha une fois en sécurité. Une fois assuré que ses amis vivaient, il se retourna pour voir le mercenaire sortir l'ingénieur puis le mestre Jan entrer à nouveau dans la carcasse en feu. Il compta les personnes dehors et conclut qu'il manquait Jensen et Aémon. Il partit à la suite du mestre et bientôt suivi par Gender.
« Je m'occupe de Jensen, occupez-vous d'Aémon. » ordonna le mestre.
Gender et Dax se regardèrent un instant puis entreprirent de dégager le garde noir enchevêtré dans un amoncellement de siège cassé. Gender débloqua le harnais de l'imposant Aémon puis regarda une nouvelle fois Dax.
« A 3 ! » dit-il simplement.
Les deux poussèrent ensemble et ils soulevèrent l'imposant Targaryen pour passer chacun un bras autour du coup, puis ils sortirent péniblement de la carcasse. Une fois à l'extérieur les deux hommes lâchèrent Aémon qui tomba à terre.
Les deux hommes aidèrent ensuite Mestre Jan qui sortait jensen de la navette.
Ce n'est qu'à ce moment qu'ils se rendirent compte de la chaleur environnante, une fois éloigné du brasier de l'épave. La température ambiante devait atteindre les 50°C.
Une fois reposé après juste quelques minutes, ils se mirent à chercher un endroit abrité et éloigné de la carcasse de la navette. A environ 150m de là ils trouvèrent une grotte légèrement surélevée permettant de voir venir et de tenir au frais les blessés.

Les rescapés commencèrent à soigner leurs amis pendant que Daenerys se permit d'évaluer la situation : celle-ci n'était pas brillante car ses deux frères étaient inconscient, ainsi que ses pilotes et l'ingénieur. En clair il ne restait que Gender, Grax, Jan, Dax et elle qui pouvait faire encore quelques choses bien que de tous seul Dax semblait avoir été épargné.
« Je pars chercher de l'eau, ou de quoi nous hydrater. » expliqua Gender qui vérifia machinalement ses armes en tirant légèrement sur la culasse.
« Parfait nous nous occupons du camp. » lui répondit Jan.
Dax eut le plaisir de voir son amie Sun se réveiller, l'ur ukar se massa ses jambes douloureuses et regarda autour d'elle.
« Ca va ? » demanda Dax.
« Je suis pas encore capable de me battre mais ça devra aller. Et Vise ? »
« Ca à l'air d'aller, il n'est pas encore réveiller mais tu le connais quand il peut tirer au flanc ! »
Les deux amis éclatèrent d'un petit rire que Sun interrompit dans un rictus de douleur.
« Fait pas rire Dax j'ai des côtes cassées. »

Jan profita de l'accalmie pour se concentrer, et une fois de plus ses yeux se révulsèrent, la tête basculée en arrière et son âme sortit de son corps pour se projeter quelques centaines de mètres plus haut. Il voyait aux alentours et constata qu'ils étaient au milieu d'une chaîne de montagne, le jeune aurige avait réussi à les « poser » dans la seule trouée de la chaîne. Il vit ce qu'il estima être un village ou un camp minier à une petite dizaine de kilomètres d'eux plein sud par rapport à eux et à l'embouchure de la trouée. Il vit également un grand nuage de poussière dans le désert et il semblait que ce dernier se rapprochait.

La recherche de Gender avait été vaine et il rentra bredouille au camp, il n'avait rien vu qui semblait contenir de l'eau. Le camp était bien dissimulé car il eut du mal à le retrouver si le mestre ne lui avait pas fait un signe de la main.
« Rien trouvé, pas la moindre trace d'eau. » dit simplement le mercenaire.
« Rien à récupérer dans la carcasse non plus. » expliqua Dax.
« Dans cette direction il me semble que l'on trouvera de l'aide. Et je pense que notre arrivée n'est pas passé inaperçu. » expliqua le mestre Jan.
« Qui y va ? » demanda le mercenaire.
« Nous y allons tous, Sun gardera les autres. » expliqua Daenerys.
« Nous ne savons pas sur qui ou quoi nous allons tomber. Et ce n'est pas le moment de séparer les forces. » continua-t-elle.
Implicitement cela indiquait la mort des blessés s'ils tardaient à revenir mais dans le cas inverse si une ou deux personnes partaient et ne revenaient pas alors cela impliquait la mort de tous.
« On part sur l'instant, chaque minute compte. »
Grax partit comme une flèche et se mit à escalader la paroi.
« Je surveille depuis les hauteurs. »
« Ok! Alors toi, mon biquet, tu passes devant en éclaireur et moi je couvre la dame. » indiqua Dax en faisant un signe du doigt à Gender qui ne broncha pas.
« Me parles pas comme ça toi ! » Le regard de Gender était explicite et bien qu'il maîtrisait ses nerfs il ne cachait pas ses sentiments envers le fouinard. Jan allait intervenir lorsque Dax se reprit tout de suite :
« Excuses moi mais je plaisantais, quand tu auras apprit à me connaître, tu aimeras mes vannes. »
« J'en doute mon pote. » le mercenaire se mit en marche, son fusil d'assaut en position et marchant d'une démarche assez souple malgré ses muscles endoloris.
***
Tyrion entra au « couvent » et fut accueilli par Sœur Téresa qui n’avait pas encore bien récupéré des coups subits à peine 24h auparavant. Son visage tuméfié était savamment camouflé par un maquillage étudié mais pour qui connaissait la belle matrone du plus select des bordels de Port Réale, savait qu’elle était affaiblit.
« Bienvenue dans mon humble demeure messire Tyrion. »
« Merci ma chère, mon dieu vous avez une mine affreuse ! Que s’est-il passé ? »
« Je crains que certains de vos séides aient décidés de ne pas payer lors de votre triomphale victoire d’hier. »
« Quoi ! Montrez-moi les coupables que je les châtie ! » La colère du gnome Lannister n’était pas feinte.
Tyrion et Teresa marchaient côte à côte vers un petit salon privatif où attendaient plusieurs filles qui avaient préparé un petit buffet. La belle matrone bien que blessé marchait gracieusement malgré la douleur.
« Inutile messire Tyrion, ils ont déjà été châtié. » dit Teresa avec un sourire.
« Je n’en attendais pas moins de vous ma chère. »
« Que voulez-vous, on ne maintient pas un établissement de qualité sans une certaine poigne. »
« Sans nul doute. »
Ils s’assirent sur un divan et une fille servit un verre de vin à Tyrion qui le prit et leva légèrement son verre pour trinquer à la santé de Teresa.
« Je suis navré mon cher ami mais je ne pourrais pas vous entendre en confession, mon état ne le permet pas mais vous avez mon établissement pour vous seul. »
« Vous me gâtez ma chère. »
***
Gender avançait prudemment son fusil d’assaut pointé vers le bas, paré à faire feu, il passa à côté d’un gros rocher lorsqu’il entendit un sifflement. Il se retourna et vit Dax qui lui faisait un signe. Il se pencha pour regarder dans la direction indiqué et vit des ombres qui se déplaçaient dans les rochers. Il se retourna et fit un petit signe pour indiquer qu’ils les avaient repérés.
Dax et Mestre Jan avaient repérés ces ombres, juste un peu avant et se regardèrent
« Que fais-t-on ? » demanda le fouinard
« On établit le contact. » ordonna Daenerys.
« Ils sont certainement du village vers lequel on se dirige. » continua-t-elle.
« Vous avez raison Majesté, autant prendre les devants. » acquiesça mestre Jan. Ils allaient avancer vers le centre du rio asséché rejoindre ces inconnus qui semblaient avoir la même idée lorsque ils les virent rebrousser chemin et fuir dans les rochers tandis que Gender venait de siffler et indiquer un nuage de poussière.
« Cachons-nous ! »

Dax prit Daenerys par le bras et la tira sans ménagement derrière un rocher, tout en dégainant son pistolet laser. Mestre Jan peu habitué par ses pratiques tenta tant bien que mal de se dissimuler mais de manières peu efficaces. De son côté Gender se plaqua contre le gros rocher de manière à se cacher le plus possible. Chacun retenait son souffle.

Quelques dizaines de mètres plus haut Grax avait repéré les véhicules qui se rapprochaient à grande vitesse, il voyait deux buggys et un camion, il y avait environ une dizaine d’hommes en tout. Il regarda vers le bas pour chercher les meilleures prises possibles et commença à descendre prudemment.

Soudain les trois véhicules stoppèrent un homme, ou plutôt un colosse seulement vêtu d’une sorte de pagne et de collier indiqua du bras la position de Mestre Jan.
« Mira ! »
« Zyva ! »
Cinq hommes débarquèrent et chargèrent Khepesh levé vers le ciel en hurlant.
Les deux buggys se placèrent de manière à braquer leurs balistes dans leurs directions. L’homme qui les avait repérés se plaça derrière un fusil d’assaut monté sur le camion.
« GRAAAAX ! » hurla Dax.

Grax ignora la prudence et sauta, en trois ou 4 bonds le vorox était arrivé en bas et se mit à contre-charger les hommes qui menaçaient Daenerys. Les cinq hommes stoppèrent un instant avant de charger à nouveau.
Le fouinard sortit de sa cachette au moment où Grax passait à côté de lui en faisant signe au mercenaire de charger à son tour.

Il faut dire que les véhicules étaient hors de portée du pistolet laser de Dax. Les deux hommes couraient sur les flancs du vorox qui rejoignit assez rapidement les barbares.
Un carreau de baliste passa de peu à côté de la tête de Gender tandis que le second se planta dans la terre assez loin de Mestre Jan. Gender répliqua par une rafale de trois balles qui atteignit la tête du tireur, sans cesser sa progression vers eux.
Dax tira et abattit l’un des barbares aux prises avec Grax tandis que le vorox en balaya un autre d’un puissant revers de la main. Il hurla de douleur en recevant un coup d’épée et en para un second. L’homme sur le camion tira une première rafale qui passa assez loin de Gender.

Grax abattit encore un autre ennemi en l’écrasant entre ses mains tandis que le premier tir de Dax termina sur la carrosserie d’un buggy. Le tireur de la baliste eu le temps de tirer un second trait avant d’être tué par le fouinard. Le trait transperça l’un des ennemis de Grax et se ficha dans sa jambe. Le second ennemi encore aux prises avec le vorox le frappa de son épée et lui arracha un nouveau cri de douleur. Grax lui envoya un puissant coup et lui planta sa main dans la gorge, l’homme s’écroula aussitôt en suffoquant.

Une rafale tirée par le chef des barbares atteignit Gender en plein dans son armure, heureusement pour le mercenaire, ce dernier encaissa le coup et vida un chargeur sur son adversaire qui s’écroula raide mort. Le mercenaire grimaça mais continua sa progression en dégainant son pistolet.

Dax et Gender tirèrent au même moment pour abattre chacun les deux derniers barbares avant de se diriger vers les véhicules pour vérifier leurs états et la présence d’éventuels survivants. Gender se posa un instant sur un siège pour regarder son armure, il était légèrement blessé mais il pouvait continuer.
« Ça va ? » demanda Dax
« Qu’est-ce ça peut te foutre ! » lui répondit sèchement le mercenaire.
« Rien ! T’as raison connard ! » Ces deux-là ne s’appréciaient pas du tout.
Le mercenaire engagea un autre chargeur dans son fusil d’assaut.
« Alors arrêtes de glander on a de la visite. » continua Dax sur le même ton acerbe.
En effet les inconnus sortaient des rochers et s’approchaient d’eux alors que de leurs côtés Daenerys, Grax et mestre Jan les rejoignaient.
Les inconnus qui étaient vêtus de vêtements de travail et de large chapeau avançaient avec des fusils braqués vers eux.
« Baissez-vos armes ! » hurla Dax qui comme Gender les mettait en joue.
« Vous ! Baissez vos armes ! » Hurla celui qui devait être le chef.
« Dax ? Gender ? Baissez vos armes. » Dit Mestre Jan.
Les deux hommes obéirent non sans hésiter mais de toute façon ils se savaient assez rapide pour dégainer avant eux.
Le chef du groupe inconnu leva le bras et indiqua à ses hommes de baisser leurs armes.
« Qui êtes-vous ? » demanda le chef.
Mestre Jan hésita un instant mais Daenerys le fit signe de l'annoncer, à contre coeur le mestre se racla la gorge pour hurler
« Vous êtes en présence de sa majesté Daenerys Targaryen du typhon, héritière légitime du trône de Westeros. »
« Connais pas ! » fut la seul réaction du chef.
« Vous venez d’où ? »
« De la planète Westeros ! »
« Hein! c’est dans le Nord ? »
« On peut dire ça ! » mestre Jan ne put retenir un sourire. Au moins Daenerys ne risquait pas d’être reconnu ici.
Les inconnus étaient maintenant devant eux et le chef se présenta :
« J’suis Old Jim et vous êtes qui ? »
Chacun se présenta à son tour. Old Jim fit un signe et un homme leur donna de l’eau, chacun se passa une grande outre d’eau bien fraîche.
« Vous avez bien massacré les dothrakis. » dit Old Jim.
« On est où ? » demanda Mestre Jan bien qu’il avait déjà un doute.
« Dans la mer dothrak. » lui répondit l’homme.
« La merde au trak !? » répéta Dax incrédule.
« Ça pour être dans la merde on est dans la merde ! » pensa-t-il.
« Non la mer dothrak. C’est le désert au milieu du continent du même nom. Le moins que l’on puisse dire est que l’on est loin des grandes cités. »
Il se retourna vers Old Jim et demanda :
« On est loin de Braavos ? »
« Connais pas ! »
« Myr, Asshaï, Valéria, Volantis ? »
« Connais pas mais l’maire de Copperton il connait p’tete il est plus cultivé que nous. »
Daenerys regarda Dax et Gender, Dax soignait tant bien que mal Grax tandis que Gender bandait ses plaies.
« Quelqu’un sait démarrer cet engin ? »
« Moi, votre majesté. » répondit Gender avant de se mettre à la place du chauffeur et de regarder les instruments. Il démarra le camion qui semblait bien fonctionner.
« On va chercher nos amis avec. »
« Pouvons-nous aller dans votre village ? » demanda Jan.
« Bien sûr vous êtes les bienvenus. »
« Nous allons chercher nos blessés et on vous rejoint. » expliqua le mestre.
« Je viens avec vous, je suis curieux de voir le truc avec lequel vous êtes tombé. »
Pendant ce temps des hommes attachaient les buggys à des drôles de gros chevaux à 6 pattes et les emmenaient vers la ville.
***
Tyrion était assis dans fauteuil moelleux et contemplait les deux superbes femmes couchées dans son lit. Il savourait son énième verre de vin et remarqua les marques de coup sur l’une des deux femmes.
« Tu as été frappé ? » demanda-t-il.
« C’est hier, par un soldat, messire. »
« Sœur Teresa a des hommes solides pour avoir réussi à tuer des soldats professionnels. »
« Oh ! C’est pas nos hommes messire, ils étaient déjà mort ! Nous avons été sauvées par un client et ses amis. »
« Ah et qui donc est ce bon samaritain ? » demanda le gnome le plus innocemment possible.
« Viserys Targaryen. »
« Etes-vous certaine ma chère ? »
« Je le connais très bien c’est un client régulier, bel homme, bon amant et bon payeur. Les filles se battent pour partir avec lui. »
Tyrion se leva et rejoignit les deux filles.
« Je suis jaloux ma chère. »
« Vous ne devriez pas mon seigneur, nous nous battons encore plus pour vous. »
***
Le village était très bien protégé par de hautes murailles qui encadraient le village qui était construit à flanc de falaises en espalier. La majorité du village semblait troglodytes et s’élevait sur près de 40m de haut pour les plus hautes maisons. Les portes s’ouvrirent et ils entrèrent dans le village. Daenerys avait eu le plaisir de voir que ses frères et le reste de sa suite s’étaient réveillés et semblait aller pour le mieux malgré leurs blessures.
Un homme s’avança à leur rencontre, il était mieux vêtu que les autres et portait un pistolet blaster et un bouclier de duel. Il était protégé par quatre hommes aussi bien équipé.
« Bienvenu à Copperton, Je suis Jagger le maire de la ville. »
« Merci je vous présente Daenerys Targaryen du Typhon, héritière légitime du trône de Westeros. »
Jagger resta impassible au nom que venait de citer le mestre, malgré la surprise pour celui qui fut 30ans auparavant un héritier d’une maison de l’est du continent.
« Nous avons besoin de soin pour nos hommes. » demanda Daenerys.
« Vous avez de quoi payer ? » demanda le maire.
« Nous avons de l’argent de Westeros. » expliqua Jan. Ils avaient pris également l’argent des Dothrakis mais il ne savait pas encore leurs valeurs dans la région.
« Vous vous y connaissez en générateur ? Le nôtre est cassé.» demanda Jagger.
Jan se retourna vers Coolidge et le questionna du regard.
« Pas un souci. » Répondit l’ingénieur.
« Dans ce cas vous êtes les bienvenu, nous allons vous soigner. » expliqua Jagger.
« Vous pourrez vous reposer et manger dans la cantina.
***
Le repas avait été très bon et les soins prodigués par les médecins de la ville avaient ragaillardi Daenerys et sa suite. Viserys lorgnait déjà sur les courbes de la plantureuse patronne de la cantina, répondant au doux nom de Sofia. Celle-ci avait expliqué les différentes monnaies que possédait Jan et il pouvait maintenant payer sans problème.
Le soir venu, les habitants entrèrent boire un verre dans la cantina et la soirée se passa très agréablement, à peine interrompu par les répliques acerbes d’un groupe d’Ur Ukar qui n’insistèrent pas au grand étonnement de Jan lorsque celui-ci leurs répondit.
« C’est la famille Zorad des ukars qui vivent à une centaine de kilomètres vers l’ouest. » expliqua old Jim qui s’asseyais à côté de Daenerys sans façon aucune mais celle-ci ne parut pas s’en offusquer au contraire d’Aémon qui marqua son opposition par un léger raclement de gorge. Le vieux bonhomme amusé, se tourna vers Daenerys et la salua d’un volontairement appuyé
« Madame »
« Bonsoir monsieur Jim. » lui répondit Daenerys visiblement amusé de la réaction de son frère qui n’était pourtant pas un modèle de bonne manière et de courtoisie. Son autre frère qui lui aurait dû s’en offusquer était en pleine discussion avec la tenancière mais il peinait à la regarder dans les yeux, le regard perdu une vingtaine de centimètres plus bas…
« C’est bizarre ! D’habitude ils sont plus accrocheurs de cela. » Expliqua le vieil homme en regardant sortir les ukars.
« En même temps, tout le monde sait que vous avez massacré une troupe de dothrakis. Et vous avez un vorox en plus. »
La discussion continua sur la ville et les habitudes du coin et sur les Dothrakis, des tribus de barbares qui vivaient en grande tribu nomade. Plusieurs Kahlissis existaient dont celui des plaines rouges qu’ils avaient rencontrés.
Après quelques verres Jim se leva et prit congé.
« Excusez-moi Madame et messieurs, mais je dois me lever tôt demain car je pars aux aurores. »
« Et où allez-vous ? »
« A Loth, une ville à 100 kilomètres d’ici pour acheter du matériel pour notre générateur et pour la ville. »
« Pouvons-nous vous accompagner ? Du moins moi, Dax et Gender. » Demanda Jan en désignant les deux hommes qui étaient assis à l’opposé l’un de l’autre.
« Faudra bien qu’il sympathise ces deux-là. » pensa le mestre.
« Si vous voulez, on part à 7 heures demain.
Jim sortit et Jan se retourna vers Daenerys.
« Nous aurons plus de renseignements là-bas sur cette région et vous serez mieux ici à vous reposer loin de l’agitation. »
« Vous avez raison Mestre. » acquiesça la belle héritière.
***
Le réveil fut brutal, des coups de feu et de blaster éclataient, ils pouvaient entendre des cris et des explosions.
Jan, Dax et Gender furent les premiers à la fenêtre et virent que l’on se battait devant la grande porte. Deux ukars tiraient sur les habitants pendant qu’un autre chargeait des caisses sur une plateforme volante.
Les trois compères se ruèrent vers le lieu du combat pour arriver au moment où la plateforme volante s’en allait à pleine vitesse. Un Ur Ukar était mort et un autre blessé mais ils avaient tués plusieurs hommes et Old Jim était blessé. Ils virent une caisse renversée, elle contenait du minerai d’or non traité.
« C’est l’argent pour payer les pièces de rechanges. » dit tristement Old Jim avec une grimace de douleur. Sa jambe avait reçu une décharge de blaster et la brulure semblait importante.

Sans se concerter Gender, et Dax sautèrent dans le camion et furent rejoint quelques instants plus tard par Jan. Gender démarra en trombe et une folle poursuite démarra.
La plateforme volante, que les ingénieurs de Westeros appelaient « Mule », flottait à un mètre au-dessus du sol mais ne se déplaçait pas très vite contrairement au camion Dothrakis qui avait un puissant moteur et semblait bien adapté aux terrains accidentés.

Malgré tout Gender avait un mal de chien à les rattraper devant zigzaguer pour éviter des nids de poules ou des gros rochers. Sur la plateforme un ukar tirait aux blasters dans leurs directions mais n’arrivait pas à toucher le camion qui roulait à tombeau ouvert.
Dax se positionna sur l’avant du camion pour se préparer à sauter sur la plateforme alors que le camion la rejoignait. Gender qui ne pouvait qu’apprécier le courage du fouinard, fit une embardée pour éviter un tir et se rapprocha une nouvelle fois pour permettre à Dax de sauter à bord. Jan fixa l’ukar et entra dans son esprit, il en prit le contrôle et commanda à cette marionnette vivante de tirer sur le pilote. L’ukar se tourna et tira sur celui qui était son père, il tenta en vain de lutter et pressa la détente de son pistolet blaster. La tête du pilote vola en éclat et le corps inerte s’effondra sur les commandes. La plateforme piqua violemment au moment où Dax s’accrochait dessus.
« Oups ! » pensa le mestre Jan.

La plateforme fit un « soleil » et les réflexes du fouinard lui permirent de se projeter sur le côté pour éviter d’être écrasé par le camion et la plateforme. Dax fit un roulé-boulé sur plusieurs mètres et il entendit son bouclier énergétique qui grondait alors qu’il absorbait la majorité du choc.

Gender freina brusquement et le camion fit un dérapage sur la terre sèche du désert.
Jan se jeta et courut vers Dax qui se relevait péniblement en se massant les jambes.
« La prochaine fois on se concerte Mestre. La communication dans le groupe c’est important ! » Dit le fouinard avec un petit sourire crispé.
« Je suis navré mon cher Dax. »

Pendant ce temps le mercenaire avait amené son camion près de la plateforme et des caisses d’or. Il descendit et commença à charger les caisses bientôt aidé par ses amis. Ils ramassèrent les deux blasters ainsi que la plateforme volante. Ils reprirent la route vers la ville de Copperton où les attendait tous le village et leurs amis.

_________________
"Un bataille  équitable c'est quoi? C'est à dix contre un avec une intense préparation d'artillerie. Si tu veux de la finesse demande à ces tapettes de Space Marines." dixit un lieutenant de la garde Impériale.
"Ah! l'odeur de l'ork brûlé au petit matin, putain que c'est bon!" Le même lieutenant après la bataille.
Revenir en haut Aller en bas
edgar pied leger
Edgar
Edgar
avatar

Messages : 1931
Date d'inscription : 06/03/2012
Age : 44
Localisation : t'aimerai bien le savoir hein!

MessageSujet: Re: La geste de Daenerys du Typhon   Mar 9 Juil - 17:27

Chapitre 3 La découverte du mal
Un bon mois s’était écoulé depuis leurs arrivées forcées sur ESSOS, tout le monde avait recouvré leurs forces et ils avaient mis à profit ce temps libre pour qui visiter le village, qui bricoler ou qui méditer. Viserys avait, quant à lui, mis à profit son temps libre pour séduire sa plantureuse logeuse, avec succès une fois encore. Le mestre Jan avait réuni tout le monde pour décider de la marche à suivre et de leur prochaine destination, il voulait couper court à la mélancolie qui habitait Daenerys et la forcer à se comporter en Reine plutôt qu’en Princesse. Elle se devait de prendre les décisions.
La réunion allait commencer lorsqu’un prêtre jusqu’alors inconnu d’eux entra dans la pièce. Ils l’avaient aisément identifié au lourd pendentif qui ornait son cou et à la robe de toile qu’il portait.
« Mille pardon de vous déranger Madame mais je viens me présenter à vous. »
« Ne vous excusez pas mon père. » dit simplement Daenerys.
« Je suis le révérend James, prêtre de ce village. Je m’en reviens de Reno où les affaires de l’église m’ont occupé ce mois-ci, et empêché de venir vous saluer comme la bienséance le devait. »
Le mestre Jan prit la parole et annonça d’un ton formel.
« Mon révérend, je vous présente Daenerys Targaryen du Typhon, Reine de Westeros et des sept royaumes. »
« Enchanté madame. »
Chacun se présenta alors à son tour et Aemon sciemment fut le dernier à se présenter.
« Je suis Frère Aémon de la garde noire de Westeros. Quel dieu vénérez-vous ? »
Le révérend tiqua un peu devant le ton sec d’Aémon mais après une infime hésitation conclut qu’il s’agissait plus du ton d’un homme ne s’embarrassant pas de politesse inutile.
« Je vénère le Pancréateur selon le principe de Sainte Amalthée. »
« Ah ! Très bien. » Conclut le garde noir en faisant un signe de tête qui se voulait amicale.
Aémon connaissait bien les Amalthéens et nourrissait envers eux un grand respect.
« Je suis mandé par notre Maire, Jagger, pour vous inviter ce soir à 19h à un repas en votre honneur Madame. »
« Dites à monsieur le maire que c’est avec plaisir que nous acceptons son invitation. »
« Je ne vous ai pas demandé : comment trouvez-vous notre village ? »
Viserys répondit assez vite
« Ce charmant village nous permet de retrouver la saveur des vraies valeurs de la vie. » Viserys avait employé la langue fleurie que seule comprenait Mestre Jan et Daenerys. Cette dernière se retint de ne pas pouffer de rire devant l’insulte maquillée.
« Merci pour nos habitants et à ce soir alors. »
Mestre Jan prit la parole, une fois le révérend sorti :
« Je crains que nous ne reportions notre réunion à demain, Ma Reine ? »
« Vous avez raison Mestre, je dois, nous devons nous préparer, pour faire bonne impression auprès du Maire. »
« Il paraît évident que le maire veut vous demander quelque chose. » expliqua le mestre.
« En êtes-vous certain ? » demanda Daenerys.
« Pourquoi nous inviter maintenant sinon ? Cela fait un mois que nous sommes ici. » Expliqua le mestre.
« Il a été absent une grande partie du mois. » Nota Viserys sans y croire réellement.
« Les invitations solennelles sont faites au premier jour, sa majesté était en parfaite santé et méritait d’être reçue comme il se devait. » répondit le mestre.
« Nous verrons cela ce soir quoi qu’il en soit. » coupa-t-il pour mettre fin à la conversation.
***
L’heure du repas arriva bien vite et Daenerys se présenta avec sa suite devant la maison du Maire. Le Mestre frappa à la porte et après quelques minutes, ils entendirent des pas se rapprocher.
« Cela commence bien pour demander un service. » Pensa le mestre.
La porte s’ouvrit et le Maire les accueillit avec un franc sourire.
« Mille pardon, madame de vous avoir fait attendre. Bienvenu dans mon humble demeure ma dame. » Il s’écarta pour laisser passer Daenerys qui entra avec grâce dans la maison. Le maire se tenait deux pas derrière l’héritière du trône et la dirigea dans le petit corridor vers une grande salle taillée dans la montagne. Cela devait être, mis à part l’auberge, la plus grande maison de Copperton.
Le maire repassa devant Daenerys et lui indiqua un coin salon où attendait déjà le révérend, qui avait revêtu pour l’occasion sa robe de cérémonie. Ce dernier salua une fois encore Daenerys en s’inclinant respectueusement.
« Madame. »
« Mon révérend. » fit Daenerys d’une voix douce.
« Prenez place Madame. » fit Jagger le plus respectueusement possible.
Les Westeriens n’avaient pas manqué de voir l’écu qui trônait sur le manteau de la cheminée avec le blason de la maison Alvaro du royaume de l’Est, un Auroch sable sur champ d’or avec la devise « Charge sans relâche »
Une vieille maison dissoute une vingtaine d’année auparavant suite à plusieurs scandales.
« Comme vous le voyez je suis comme vous, exilé loin de mes terres. Je suis Ser Jag Morton dernier descendant de la maison Morton. Mais permettez-moi de ne pas vous donner dans le « vôtre altesse ma dame ». Nous sommes loin de Westeros et comme l’on dit autre contrée autre mœurs. »
« Faites Ser Jag, il n’y a pas offense. »
Jagger se leva et servit un verre de vin rouge à chacun de ses convives.
« Un dernier reste de mon ancienne vie. »
Viserys huma le vin et savoura chacun des arômes qui s’en dégageaient. Il but une première gorgée et apprécia le doux breuvage parfaitement chambré.
« Cela doit vous changer de la bière de Sofia l’aubergiste. »
« Il est vrai que l’authenticité de cette bière est en tout point remarquable. » Répondit Viserys avec sa langue fleurie.
« Comme notre hôtesse au demeurant. » continua-t-il avec un grand sourire.
Aémon se racla la gorge pour rappeler à son frère que cela faisait trop longtemps à son goût qu’il ne l’avait pas entendu à confesse mais Viserys chassa l’idée d’un geste.
« Quelles sont les villes les plus proches ? » demanda le garde noire sans fioriture.
« Reno est la capitale de la mer dothrak et la plus grande ville de la région. » expliqua Jagger.
« Il y a un astroport ? » continua Aémon de son ton inquisiteur.
Jagger qui connaissait la garde noire et son absence d’étiquette ne s’en offusqua point et se mit à décrire la plus grande ville du désert.
Reno était la plus grande ville de la mer dothrak avec une population de plus de 100000 habitants. Elle régnait sur toutes les autres villes et était le siège du parlement du pays. Les villes et villages de la mer Dothrak formaient une république dont le siège était à Reno. La ville était bâtie sur un immense lac d’eau souterrain et avait rendu la ville incontournable pour qui voulait survivre dans le désert. Un accord secret passé des années auparavant avec le plus grand Khalasar lui avait permis de prospérer jusqu’à devenir la grande cité marchande et de loisir qu’elle était devenue. Le maire Mc Kinley était l’actuel gouverneur de cette république. La ville était desservie par un train reliant l’ouest à l’est du continent et aux plus grandes cités du continent. Elle possédait également un aéroport international qui permettait de se rendre partout sur Essos et accueillait parfois des navettes et vaisseaux en villégiature.
Aémon assaillait Jagger avec ses questions sur le fonctionnement de la ville et la possibilité de prendre de force une navette. Ce dernier répondait tant bien que mal aux questions et tenta de dissuader les tentatives d’assaut sur l’aéroport.
***
« Comment fonctionne le gouvernement ? » demanda le mestre Jan.
« Mal ! » répondit Jagger dans un fou rire.
« Il s’agit d’une république où il faut l’unanimité des 540 membres pour prendre une décision. Chaque Maire de ville et village dispose d’une voix, les guildes et les différentes églises disposent d’une voix chacun et le maire de Reno dispose d’une voix. »
« Et il faut l’unanimité ? Mais c’est impossible ! » S’étonna le Mestre Jan.
« Oui, l’une des blagues qui circulent est que même pour faire une suspension de séance c’est impossible. »
« Donc ils ne décident jamais rien, et s’ils sont attaqués ? » Aémon était perplexe devant un tel comportement
« C’est l’un des rares cas où les décisions se prennent rapidement. »
« Reno est également une ville très administrative, c’est une épreuve que de demander quelque chose. Parfois je regrette le système féodal de Westeros. »
Ils prirent place à table et savourèrent le repas préparé par Jagger en personne. Un ragoût de razorback à la mode de Westeros, un plat qui s’avéra être bon à la grande surprise des convives.
Le repas se déroula tranquillement, l’on parlait de tout et de rien, Aémon débattait théologie avec le révérend, Viserys plaisantait avec Dax et Sun, Daenerys discutait politique générale avec le maire et mestre Jan.
A la fin du repas Jagger s’éclaircit la voix et demanda innocemment.
« Ma dame, j’aimerai vous demander une faveur ? »
« Nous y voilà ! » pensa le mestre Jan.
« Quelle est-elle ? »
« Accepteriez-vous de me prêter des membres de votre suite pour une mission de la plus haute importance, je pense à Dax, Gender et votre vorox notamment ainsi que votre pilote et votre ingénieur. »
« Quelle est cette mission ? »
« Escortez un convoi de vivre vers un de nos camp de mineur. La région n’est pas sûre et je n’ai plus assez d’homme expérimenté. »
Daenerys interrogea du regard son mestre et conseiller.
« Ce sera long ? » demanda le mestre Jan.
« L’affaire de quelques jours. »
« En contrepartie, je me fais le plaisir de vous accompagner jusqu’à Reno pour vous introduire auprès du maire de la ville ou du moins vous guidez dans les méandres de son administration. »
« C’est avec plaisir que je vous cède mes gens. » dit Daenerys
« Merci Madame, pour ma communauté. »
Le repas se termina tranquillement et l’on se sépara vers minuit. Chacun retrouva son lit excepté Viserys qui rejoignait une autre couche…
***
Le matin arriva bien vite et chacun se retrouva dans la grande pièce de l’auberge où Sofia servait un petit déjeuner, consistant en du lait de jument, d’une sorte de café locale et de pain. Le jeune et beau baron Targaryen feignait de ne pas voir les regards plein de reproches que lui lançait son frère et prenait un malin plaisir à remercier Sofia quand elle le servait.
Jensen, Coolidge vérifièrent les véhicules tandis que Gender vérifiait ses armes en silence. Dax lui continuait à discuter avec ses amis sans avoir l’air de s’intéresser à son travail. Le vorox lui était beaucoup plus nerveux car il refusait de quitter Daenerys et celle-ci aidée par le mestre dut s’employer pour expliquer pourquoi il devait partir. Bien sûr le vorox n’était pas stupide contrairement à ce que certains de la suite pouvaient penser mais était trop têtu pour se laisser distraire de sa mission.
Gender s’installa à l’avant du premier véhicule et Dax dans le deuxième.
« Il va bien falloir qu’ils apprennent à travailler ensemble ces deux-là. » pensa le mestre.
Une fois le convoi partit, Le mestre rejoignit sa reine et commença à se préparer pour leurs voyages vers la capitale de la mer Dothrak.
***
La route vers Reno prit près de trois heures, en parti grâce au talent de conductrice de Jasmine qui roulait rapidement sur les pistes cahoteuses. La ville grandissait au fur et à mesure qu’il se rapprochait, ils apercevaient les buildings du centre-ville qui grandissaient. La ville était conçu en anneau autour du centre, une première couronne appelé couronne intérieure s’étendait directement autour du centre et représentait le centre commercial de cette ville. Les immeubles de la couronne intérieure étaient sensiblement plus bas que ceux du centre-ville. Puis la couronne extérieure s’étendait ensuite sur près de 4km de large et abritait en majorité les habitations pauvres de la ville.
« Il n’y a aucune protection ? » s’étonna Aémon en notant l’absence de défense alors qu’ils entraient dans la ville.
« L’on dit que la ville est entouré d’un grand champ de mine et vous verrez que les boulevards sont très bien protégés. » Expliqua Jagger.
Et en effet alors qu’ils entraient dans la ville, ils virent des bunkers de défenses et plusieurs batteries de mitrailleuses lourdes.
Le garde noire apprécia les défenses en fin connaisseur.
Le boulevard qu’ils suivaient les mena directement vers le centre-ville et le building du gouvernement central. Le centre-ville n’avait rien à envier à Port Réale que ce soit au niveau beauté et au niveau technologique.
« Voici l’hôtel de ville de Reno et siège du gouvernement de la mer Dothrak. Préparez-vous à un choc culturel. » Expliqua Jagger.
Le hall d’entrée était très grand et avec sa grande baie vitrée, était très éclairée.
Ils furent fouiller et les gardes demandèrent de laisser leurs armes à l’entrée le temps de la visite. Sun refusa d’abandonner son Kraxi et resta avec Jasmine en bas à les attendre. Après tout Ils ne craignaient rien et de plus Aémon était largement capable de les protéger.
Jagger se dirigea vers le pupitre de l’accueil et tapa sur un écran tactile pour valider quelques choses. Le maire de Copperton se retourna et leurs fit signe de le suivre.
« Nous allons maintenant au secrétariat du Maire Mc Kinley pour voir s’il peut vous recevoir. »
Ils prirent un ascenseur rapide qui les mena au 35èmeétage. Ils virent un grand open space alors que la porte de l’ascenseur s’ouvrait avec de nombreuses secrétaires qui tapaient sur des claviers.
Ils suivirent Jagger jusqu’à une porte de bois précieux et le Maire leurs indiqua un bureau où une femme obèse et au physique peu amène travaillait. Leur guide prit un malin plaisir de leur montrer la dame.
« C’est à elle qu’il faut s’adresser. » Dit-il avec un sourire qu’ils ne manquèrent pas de remarquer.
En s’approchant ils ne manquèrent pas de sentir les effluves de son parfum qui ressemblait au musc d’un bison. Viserys déjà écœuré par le physique réprima une moue de dégoût.
« Que voulez-vous ? » Demanda-t-elle d’un air sévère.
« Bonjour Madame, je vous présente Daenerys Targaryen du Typhon reine de Westeros et nous souhaitons une audience auprès du Maire Mc Kinley. Veuillez lui indiquer la présence de sa majesté. » Dit le mestre d’un ton formel.
« Westeros, connais pas ! C’est dans le nord ? » Demanda la secrétaire.
Elle mentait effrontément car elle connaissait parfaitement le système solaire et les noms des différents rois et dirigeants des deux principales planètes.
« Non ! C’est une autre planète ! » Jan s’agaçait de ne pas pouvoir pénétrer l’esprit de cette secrétaire.
« Le maire n’est pas disponible avant mercredi 14h, je note le rendez-vous. »
« C’est dans deux jours, il est hors de question que ma reine attende, appelez le maire et indiquer lui la présence de la reine Daenerys Targaryen souveraine de Westeros. »
« C’est pas possible, il est pas là ! Il est à son club. »
« Où est son club, ma chère ? » demanda Viserys en tentant de séduire la secrétaire.
« Je vous le dirais pas ! » répondit-elle d’un ton péremptoire.
Enfin les barrières mentales de la secrétaire cédèrent et le mestre Jan contrôlait désormais la femme. Il lui intima l’ordre d’indiquer où se trouvait le club.
« Il est au quatre de cœur. » Dit la secrétaire d’une voix monocorde.
Jan relâcha son étreinte psychique et remercia la secrétaire avant de quitter les lieux.
« C’est curieux que le Maire soit au Quatre de cœur, il doit négocie des choses en douce. » Expliqua Jagger.
« C’est quoi le Quatre de cœur ? » demanda Aémon.
« Le plus beau casino de la ville. »
« C’est bizarre comme club de gentilhomme ! » Daenerys ne connaissait que les clubs de Port Réale de réputation.
« Parce que cela n’en est pas un ! Je vois mal la secrétaire dire Monsieur le maire est au casino à jouer l’argent de la ville et à baiser comme un fou. » Ironisa Viserys en voulant choquer sa sœur. Celle-ci ne répondit pas pour ne pas faire plaisir à son frère.
« Nous allons y aller ce soir ? » Demanda-t-elle
« Le plus tôt sera le mieux. »
***
Un homme sortit de l’un des box et appela à un numéro de téléphone.
« Littlefinger, une certaine Daenerys Targaryen du typhon demande après le maire. »
L’homme décrit alors Daenerys, Jan et Viserys à son interlocuteur.
« D’accord ! Suis-les discrètement. »
Littlefinger s’adossa contre son fauteuil, tira une bouffée de son cigare.
« Daenerys Targaryen ? Tu es bien loin de chez toi petite princesse. »
***
Jagger les quitta pour rejoindre Copperton, conduit par Jasmine qui devait revenir plusieurs jours plus tard avec les autres membres de la suite. Depuis le départ de l’hôtel de ville, ils avaient la désagréable impression d’être suivi sans voir véritablement par qui. Malgré tout ils décidèrent de se restaurer et s’arrêtèrent à la première échoppe venue. La nourriture s’avéra avarié et Viserys, Daenerys et Mestre Jan furent empoisonné. Aémon chercha un apothicaire tandis que Sun conduisait les autres vers un petit hôtel proche du quatre de cœur.
Tandis que Aémon revenait avec ses achats, Sun repéra enfin la personne qui les suivait, elle en informa le garde noire qui venait de donner à boire la potion à ses amis.
« On est suivi, le type est à l’angle de la rue. » indiqua Sun.
« Ok. » répondit simplement Aémon.
Sun et Aémon décidèrent d’attendre que leurs amis se remettent, tout en jouant aux cartes pour passer le temps. L’ur ukar s’étonna d’ailleurs qu’un garde noire à la réputation d’austérité s’abaisse à jouer avec elle. Elle mettait cela sous le compte de sa famille. Après tout l’on ne pouvait pas être le fils d’Aérys le fou et le frère de Viserys le lubrique et être complètement exempt de vice.
Vers 21h Daenerys, Viserys et Jan se levèrent et les rejoignirent, ils allaient beaucoup mieux mais souffraient encore de haut le cœur.
« Ça va mieux ? On y va ? » Demanda Aémon sans plus d’aménité.
Daenerys acquiesça d’un signe de tête et ils décidèrent de se changer pour bien présenter.
***
Ils entrèrent dans le casino sous le regard des vigiles qui les examinaient. Personne ne demanda de laisser les armes mais il était évident que si l’un d’entre eux sortait son arme, il n’aurait guère l’occasion de s’en servir.
Ils trouvèrent sans mal le Maire Mc Kinley qui jouait aux cartes à une table avec plusieurs autres notables. Ils reconnurent un ingénieur en chef de la guilde, un médecin-chef de Volantis, enfin le dernier homme bien que non-identifié ressemblait fort à un Maître espion. Sun partit flâner dans la foule tandis qu’Aémon rejoignit le grand ring central où des combats étaient organisés par un camelot qui hurlait :
« Qui veux affronter le champion ? Qui va oser se battre face à ce monstre Dothraki ? »
Sans un mot, Aémon leva le bras pour se porter volontaire, sous le regard étonné de Sun. Décidemment le garde noire ne correspondait pas à ses pairs.
Pendant ce temps Viserys se déplaça vers la table du maire en prenant sur un plateau deux verres de champagne. Il tendit l’un à sa sœur et bu un peu du sien en feignant d’ignorer le serveur qui repartit sans dire un mot. Certainement convaincu de l’importance du jeune Targaryen. Ils se placèrent avec Jan autour de la table à regarder le jeu dans un premier temps. Jan sonda l’esprit des différents participants mais en vain, de plus le maître espion semblait avoir une barrière psychique impénétrable et semblait même l’avoir repéré.
« Monsieur le maire, permettez-moi de vous présenter Daenerys Targaryen du Typhon, héritière du trône de Westeros. » dit d’un ton cérémonieux l’homme en question.
Les trois westeriens eurent du mal à cacher leurs surprises malgré tout. L’homme avait l’air content de son petit effet.
Le Maire Mc Kinley leva la tête et fit un sourire.
« Enchanté madame, il parait que ma secrétaire vous à un peu malmenée. »
« Enchanté Monsieur Mac Kinley, n’ayez crainte elle n’a pas été si pénible que cela, bien moins que son parfum en tout cas. » Répondit Daenerys.
« je vois que notre présence n’est pas un secret. » le mestre Jan ne faisiat que regarder le maitre espion.
« Littlefinger ici présent se charge de tout savoir pour moi. » expliqua Mac Kinley.
Ce dernier fit un geste et l’on amena des fauteuils à leurs intentions.
« Que puis-je pour vous ? » demanda-t-il.
***
Aémon venait de parer le coup de son puissant adversaire et envoya un coup de coude dans le foie de son adversaire et enchaina avec un coup de genou. Le Dothraki tituba et avait baissé sa garde, le garde noire en profita et asséna un violent coup de pied dans la tête du barbare. Il atterrit dans les cordes et y resta ko. Aémon leva les bras pour célébrer sa victoire avant de passer le revers de sa main pour essuyer le sang qui perlait de sa bouche. Il entendit à peine le camelot haranguer la foule et vit un jeune homme entrer dans le ring. L’homme devait faire la moitié de lui, en poids et en taille. Le garde noire réprima un sourire et se mit en garde, la cloche retentit et le combat reprit.
***
Sun passa la main dans la poche de son voisin et tenta de lui prendre son portefeuille, malheureusement elle fut bousculée par quelqu’un et son perdreau la remarqua.
« Que faites-vous ? » demanda-t-il outré.
« Qu’est ce ça peut te foutre connard ! Dégage ! » lui répondit Sun en le foudroyant du regard.
L’homme, apeuré, préféra ne pas insister et s’en allant en vérifiant bien que son portefeuille était encore là. Sun regarda autour d’elle et vit que les vigiles avaient un œil sur elle.
***
Aémon se réveilla en dehors du ring, avec une jeune infirmière en train de vérifier ses paramètres vitaux. Il lui fallut quelques secondes pour se souvenir de son combat, il avait bien tenu mais l’homme s’avéra trop vif pour lui. Il jeta un regard au ring où le petit homme terminait de vaincre un autre adversaire.
« Qui veux affronter le champion ? Qui va battre ce nabot ? » Hurlait déjà le camelot.
Sun était là et l’aida à se relever, il l’a repoussa d’un geste et les deux amis partirent à l’hôtel. A peine arrivé un homme tapa à la porte pour leur dire qu’ils étaient les invités du Maire dans une suite du casino.
***
Tyrion était dans son appartement et alluma l’ordinateur qui été relié aux serveurs du palais. Il pianota rapidement et accéda aux fichiers pour s’apercevoir que de nombreux documents avaient disparus dans le crash d’un serveur. Les fichiers navigation de la tour de contrôle de la station spatiale.
« Bizarre que les seuls fichiers à avoir disparu dans le crash soient les communications montantes. »
Il continua à pianoter et à chercher plusieurs heures durant en vain.
« Tout a été soigneusement effacé. »
Il mit la tête dans ses mains, épuisé par ses recherches, puis se servit un autre verre de vin. Il le but d’un trait et prit son téléphone pour appeler un chauffeur.
« j’ai besoin de me changer les idées. »
***
« Si vous voulez que je vous aide, vous devez m’aider d’abord. » expliqua le maire Mac kinley.
« Que devons-nous faire ? »
« Faire quelques choses que nous n’arrivons pas à nous décider. »
« Nous avons cru comprendre que les décisions étaient difficiles à prendre ici. »
« C’est très simple, à environ 30km d’ici, une petite ville minière du nom de Devil’s Hole ne réponds plus et personne, y compris Littlefinger, ne sait ce qui s’y passe. Je vous demande d’aller enquêter sur place. »
« Bien nous y allons comment ? »
« Un train vous y mènera demain à 6h. »
« Et à notre retour ? »
« Je saurai quand et vous attendrez à la gare. »
« Parfait alors. A demain »
« En attendant vous êtes mes invités dans ce casino. » expliqua Littlefinger
« Mes hommes ont pris soin de transférer vos bagages ici. »
Le mestre Jan le remercia d’un signe de tête tout en notant que l’homme montrait la puissance de ses relations.

Viserys se retourna, sentant un parfum envoûtant, une déesse s’approchait d’eux ou du moins de la table. Moulée dans une robe fendue qui montrait ses courbes parfaites la révérende mère des honorés matriarches se déplaçait avec légèreté et grâce.
« Permettez-moi de vous présenter la révérende-mère Alexandra de l’ordre des honorés matriarches. »
« Enchanté Votre Grâce. » salua Viserys avec un sourire lubrique.
« Tout le plaisir est pour moi de rencontrer Daenerys du Typhon et son frère le beau Viserys. Je serai ravi de vous accueillir dans mon couvent. »
« J’ai le plaisir de connaître celui de Port Réale et Sœur Térésa. » expliqua-t-il.
« Sœur Térésa est l’une de mes meilleures élèves. »
« Je n’en doute pas. »
***
Le train partit à l’heure pile et chacun profita pour se reposer en attendant d’arriver à devil’s hole. Sur une tablette laissée à Viserys par Littlefinger, ils lurent les différents informations sur la ville. Une ville minière avec une mine à ciel ouvert. A peu près 250 habitants permanents qui exploite un filon de titane. Beaucoup de travail pour peu de rendement au vue des tonnages annuels.

Le trajet ne pris qu’une vingtaine de minutes jusqu’à la ville, le train s’arrêta en gare et ils descendirent sur le quai. Un vent léger soulevait de la poussière dans les rues sableuses de la petite ville. Une unique grande rue menait vers la mine qui était une centaine de mètres devant eux.
« En tout cas on se bouscule pas pour nous accueillir ! » ricana Viserys.
« Personne. » dit laconiquement Sun
Sur le côté Ils virent un bâtiment que Viserys reconnu comme un générateur de bouclier pour une ville.
« Ils ont mis les moyens ! » Siffla-t-il, réellement impressionné.
« Ça fonctionne ? » demanda son frère.
« Non ! Y a pas de trace de ionisation de l’air. » Expliqua le beau targaryen qui malgré ses manières lubriques s’y connaissait parfaitement en technologie ancienne.
Il se dirigea vers le bâtiment accompagné des autres et entra non sans dégainer son arme. D’ailleurs chacun d’entre eux avait sorti son arme.
« La machine pensante est planté. » dit-il.
« Tu peux faire quelques choses ? » demanda Aémon.
« Qu’est-ce tu crois ! » Viserys pianotait déjà sur le clavier pour entrer dans le système.
***
Pendant que Viserys pianotait sur la machine, Aémon partit en éclaireur explorer les différents bâtiments de la ville. Personne. Il entra dans le bar où de l’eau sortait d’une pompe. Il coupa la pompe et examina la salle.
« Pas un bruit, on dirait qu’ils ont tout abandonné. » pensa-t-il.
Il ressortit et fit un signe aux autres de le rejoindre.
« Viserys ? » demanda sa sœur.
« C’est bon, je relance le système pour faire redémarrer le bouclier. »
Il sortit du bâtiment et suivit les autres qui rejoignaient déjà son frère.
« J’ai entendu du bruit dans la mine. » Expliqua Sun.
« Moi aussi, s’ils sont ici c’est en bas qu’ils se trouvent. » Dit Aémon.
« Je passe devant. » Conclut-il avant de marcher sur la route qui descendait en spirale vers le centre de la mine et les préfabriqués qui s’y trouvait.
Ils arrivèrent rapidement au niveau des préfabriqués et devant l’entrée d’une mine où les bruits provenaient.
Viserys ouvrit la porte du premier bâtiment et tomba nez à nez avec un homme au visage défiguré. Il ne fut pas effrayé par ce que l’on appelait un craquenuit à Westeros et tira tout en reculant. Malheureusement son arme ne fonctionna pas, il appuya sur le bouton de réarmement mais rien n’y fit, sa batterie était défectueuse. Il esquiva le coup de hache que le zombie lui asséna et tentait en vain de réarmer son pistolet blaster.
Aémon arriva et d’un puissant coup d’espadon trancha le craque nuit de haut en bas. Il se retourna pour voir sortir une horde de zombies de la mine.
« AU TRAIN ! VITE FUYEZ ! » hurla le Garde noire en se mettant en garde
Daenerys, jan et Sun se mirent à courir tandis que Viserys changeait de batterie à son pistolet blaster.
« DEGAGES ! » hurlait Aémon à son intention.
« On y va ensemble. » répondit son frère en abattant un zombie qui s’approchait. Aémon, quant à lui en tua un autre d’un coup de sa puissante épée avant de décrocher suivi de près par son frère. Ils remontèrent ainsi jusqu’à la ville où Sun les couvrit.
Le comportement des craquenuits intrigua Aémon, ils les connaissaient bien pour en avoir affronté le long du mur mais ceux-ci semblaient se coordonner au lieu de fonçer comme des animaux assoiffés de sang.
« Ils essaient de nous prendre à revers. » Hurla Sun qui avait vu d’autres créatures arriver par le flanc.
Ils reprirent leurs courses effrénées vers le train.
Pendant que Daenerys rejoignait le train avec Sun, Jan fut assailli par un craque nuit qui avait surgit d’un bâtiment. Il le maintenait avec peine à distance à l’aide son taser jusqu’à ce qu’Aémon dans une charge furieuse emmène son opposant avec lui. Le zombie regardait avec un drôle de regard alors que l’espadon du garde noire le navrait.
Le Garde noir jeta son épée et le cadavre dans le wagon sans se rendre compte que l’adrenaline avait décuplé ses forces. Il dégaina son automatique et un genou à terre couvrait le mestre et son frère qui arrivait.
Des lames de scies volèrent et le percutèrent sans faire le blesser. Des craquenuits étaient sur le côté et lui lançaient des outils. Aidé par Sun, ils les abattirent d’un déluge de plomb et de plasma.
Viserys tua encore un zombie qui s’approchait un peu trop de lui.
Des rafales d’automatiques déclenchèrent son bouclier et blessèrent légèrement Aémon alors qu’ils montaient dans le wagon.
« EN ROUTE ! » Hurla Jan dans l’intercom.
« PUTAIN ! C’EST QUOI CES MERDES ? »
« Des craquenuits. » expliqua le mestre.
« Des quoi ? »
« Une sorte de morts-vivants. » Il tentait de reprendre son souffle en regardant le garde noire qui se pansait.
« Quelqu’un a été mordu ? » demanda ce dernier.
Tout le monde secoua la tête en guise de dénégation en fixant le cadavre devant eux.
« Il faut se mettre en quarantaine. »
***
Alors qu’ils reprenaient leurs souffles sur le trajet retour, Aémon et Daenerys semblèrent voir une ombre sortir du corps du craquenuit.
« Il y a quelque chose dans l’air. » dit Daenerys inquiète.
Ils avaient l’impression d’être fixé par cette chose qui flottait devant eux. Ils la virent se déplacer et entrer dans le corps du mestre jan qui se comporta comme si quelqu’un l’avait bousculé et virent ses yeux se révulser, la bouche à moitié ouverte.
« Mestre ? » Questionna Daenerys.
« Vous allez bien ? »
Il ne répondait pas mais son corps était pris d’intenses convulsions qui montraient la violence du combat mental qui était en cours. Aémon dégaina son automatique et visa la tête du mestre.
Le mestre s’effondra soudain et après quelques secondes qui parurent des minutes. Il releva la tête pour voir le canon de l’arme braqué sur lui.
« Qui sommes-nous ? »
« A votre avis Aémon Targaryen ? » dit le mestre avec son regard méprisant.
« C’était quoi Mestre ? » demanda Daenerys.
« Un suppôt du mal, un séide des démons qui s’appellent eux-mêmes les cavaliers. Ces hommes ne sont pas morts mais contrôlés par un puissant esprit. »
Ils restèrent silencieux jusqu’à l’arrivée en gare où attendait déjà le Maire mac Kinley et les notables.
***
« Alors quels sont les nouvelles, vous revenez bien vite ? »
« Il faut que l’on vous parle en privé et au plus vite d’une chose très grave. » Dit Aémon d’un ton n’attendant aucun refus.
« Faites très attention avec le corps que nous avons ramenés, mettez-le en quarantaine. »
La médecin major de l’hôpital de Volantis, chef de la guilde des médecins de la ville fit un signe à plusieurs de ses hommes qui se hâtèrent d’aller vers le wagon. C’était une somptueuse femme d’un âge impossible à connaître du fait de nombreuses chirurgies esthétiques, elle suivit le maire qui les conduisit dans son bureau.
Dans la salle de réunion, outre le maire et les principaux chefs de guildes dont la sublime révérende mère, Ils virent entrer littlefinger.
« Nous sommes tout ouïe madame Daenerys. »
« Vôtre ville est au prise avec l’antinomie. » Elle avait préparé son effet comme lui avait appris mestre Jan pour regarder les réactions des personnes autour d’elles.
Ils semblaient tous aussi choqué les uns que les autres pensa l’héritière du trône.
« Ils ont dû mettre à jour un reliquaire antinomique ou ouvert un caveau. » continua-t-elle
Le mestre Jan scrutait chacune des personnes autour de la table et dit d’une voix froide comme l’acier.
« Mais de cela vous étiez déjà au courant. »
Ils le regardèrent tous, l’air offusqué.
« Comment osez-vous ? »
« C’est évident que vous avez reçu l’information d’une découverte spéciale dans cette ville et que vous avez demandé d’ouvrir sans prendre la moindre précaution. » dit Aémon avec sa manière brutale habituelle.
« Sinon pourquoi mettre un générateur de champ dans cette petite ville minière sans grande importance ni rentabilité. De plus les bouseux locaux sont bien incapables de faire fonctionner un bijou de la sorte. » conclut Viserys avec un petit sourire à destination de la révérende-mère.
« En effet, nous avons reçu l’information de cette découverte, il y a un mois et avons dépêché une mission d’enquête avec l’ordre express d’étudier mais pas d’ouvrir. » expliqua Littlefinger.
« Il semblerait que l’on ne vous a pas obéit. » ironisa Viserys. Il s’attira les foudres des personnes autour de la table.
« Vous mentez ! Ils ont dû vous dire qu’ils savaient ce qu’ils faisaient et qu’il fallait ouvrir. Vous avez accepté, attiré par le profit que vous pouviez en tirer. » Expliqua Mestre Jan.
« Vous avez déclenché l’apocalypse pour baiser…euh brasser, je veux dire, plus d’argent. C’est écœurant. »
Le Maire regarda les autres membres du conseil puis s’éclaircit la gorge et demanda :
« Bien alors que proposez-vous ? »
« Il faut détruire cette mine et la source du mal pardi ! » dit Aémon en se signant.
« Vous ne vous rendez pas compte de la somme qui est en jeu ! » Il s’agissait de Maître Pieter, le bailli et grand argentier de la ville.
« Et vous ! Vous ne vous rendez pas compte de ce qui est en jeu. » S’agaça Mestre Jan.
« Calmez-vous messieurs, cela ne résoudra pas ce problème. » dit la révérende-mère d’un ton calme et doux.
« Maître Pieter vous devriez écouter attentivement ces hommes et suivre leurs conseils. Tous les secrets ne sont pas bons à être découvert. » Continua la belle prêtresse.
***
Tyrion se réveilla en sursaut au beau milieu de la nuit, la femme allongée contre lui se retourna pour changer de position. Il se leva et enfila un peignoir et alluma sa machine pensante.
« Où est-ce que j’irais si j’étais en fuite ? Certainement pas les jumeaux ou les îles de fer…Arryn non plus… Essos bien entendu. Il entra dans le système de surveillance satellitaire de la planète et chercha les entrées pour la journée…
***
[/font]

_________________
"Un bataille  équitable c'est quoi? C'est à dix contre un avec une intense préparation d'artillerie. Si tu veux de la finesse demande à ces tapettes de Space Marines." dixit un lieutenant de la garde Impériale.
"Ah! l'odeur de l'ork brûlé au petit matin, putain que c'est bon!" Le même lieutenant après la bataille.
Revenir en haut Aller en bas
edgar pied leger
Edgar
Edgar
avatar

Messages : 1931
Date d'inscription : 06/03/2012
Age : 44
Localisation : t'aimerai bien le savoir hein!

MessageSujet: Re: La geste de Daenerys du Typhon   Lun 22 Juil - 19:53

EPISODE 4 LES FANTOMES D’ESSOS
 Malgré les recommandations de Daenerys et de ses frères, le conseil tarde à prendre la décision de détruire la ville de « Devil’s hole ». Aémon, d’ailleurs, ne décolère pas devant l’idiotie de ces hommes et femmes qui vont mener la ville et ses habitants à sa perte.
« CE SONT DES CRETINS ! ILS NE SE RENDENT PAS COMPTE QU’ILS COURENT A LEURS PERTES. »
« Calmes-toi mon frère, on doit leur laisser du temps. » expliqua Daenerys d’une voix douce. Mais même elle et son conseiller avait du mal à y croire.
« Pas plus de trois jour après j’y vais et seul s’il le faut ! » trancha le garde noire.
« En attendant on se prépare et on se repose. »
Viserys, Dax, Gender, Jensen et Coolidge décidèrent de passer ce repos au « couvent » en compagnie des plus charmantes honorés matriarches… La révérende mère, qui est la seule du conseil, à voir le caractère d’urgence de la situation profite d’une soirée pour faire visiter à Daenerys et sa suite son couvent, du moins la partie Eglise et cela permis à Daenerys et sa suite de découvrir que l’institution des honorés matriarches étaient bien plus que des putains maîtrisant des techniques sexuelles. Elles ont plusieurs sous-ordres dont un ordre militaire qui impressionna même le garde noire par la rigueur de leur entrainement et la qualité de son matériel.
La nuit suivante, Daenerys, ses frères, Jasmine, Mestre Jan et Sun firent le même cauchemar.
Ils virent les zombies danser de façon chaotique et violente autour d’une stèle graver de symbole inconnu et ancien. Les murs de la pièce ont une couleur métallique et l’éclairage n’est pas naturel. Les zombies se trucident et le sang coule vers la stèle en même temps que les esprits contrôlant les morts semblent rentrer dans la stèle. Une fois le dernier mort-vivant suicidé, la stèle explose laissant sortir une gigantesque chimère au visage de démon.
Ils se réveillent tous en hurlant et en sueur, le cœur battant la chamade. La belle Targaryenne aillant du mal reprendre son souffle et à maîtriser ses émotions.
***
Dax se réveilla en entendant son ami hurler, l’honoré matriarche à ses côtés était également en sueur et semblait terroriser. Il se leva et sans perdre une minute prit son arme et ouvrit la porte de Viserys avec fracas, achevant d’effrayer ce dernier par la soudaineté de son intervention.
« VISE Qu’est-ce que tu as ? » demanda Dax inquiet.
« Un putain de cauchemar. » Le jeune baron regardait ses mains trembler par la double frayeur puis en regardant son ami nu comme un ver, arme au poing planté devant sa porte se mit à éclater de rire bientôt suivi par son ami.
Viserys remarqua seulement après qu’il n’était pas le seul à avoir ressenti cela dans le bâtiment. Il se leva et servi deux verres du couteux whisky mit à sa disposition et tendit un verre à Dax.
« Attend, je vais mettre quelques choses sur moi. »
Dax retourna dans sa chambre et enfila son pantalon. C’est alors qu’il vit la jeune femme en transe dans son lit.
« Ça va ? » demanda-t-il
La femme ne répondit pas car elle ne faisait que répéter le crédo des honorés matriarches pour certainement se calmer.
Il retourna dans la chambre de Viserys qui avait lui-même enfiler un peignoir de soie de Myr qui devait coûter une petite fortune. La révérende-mère entra quelques instants plus tard.
« On a un gros problème. » dit Viserys à son hôtesse.
Celle-ci marqua un temps d’arrêt en le regardant et sembla quelques peu perplexe.
« Nous devons agir vite. » dit-elle simplement.
***
Dans le même temps Daenerys se retrouva bien vite entouré de sa suite qui avait été alerté par les cris à l’exception de Grax qui dormait à poing fermé dans la pièce à côté. Ce qui fit rager encore plus Aémon déjà fortement agacé par son cauchemar et la vision que son frère avait désobéi à sa demande de ne pas aller au couvent.
Ils discutèrent rapidement pour s’apercevoir qu’ils avaient fait le même cauchemar horrible.
« Il faut agir maintenant. » Dit Aémon avec calme et détermination.
« Oui, Nous devons nous y rendre au plus vite. » dit Daenerys résolue.
Mestre Jan remarqua quelques choses de curieux sur sa reine et son frère mais ne savait pas encore quoi exactement.
Un appel troubla sa réflexion et il appuya sur le bouton de communication. Viserys apparu, vêtu uniquement d’un peignoir de soie aux côté de la révérende-mère Alexandra. Le mestre Jan réprima la pensée du coût prohibitif des frasques de Viserys et se concentra sur le plus important.
« J’ai fait un horrible cauchemar ainsi que la moitié des sœurs du couvent, la révérende-mère y compris. »
« Nous avons dû faire le même. » répondit Aémon d’un ton glacial.
Mestre Jan expliqua brièvement la teneur de leur cauchemar.
« J’arrive avec la révérende-mère dans dix minutes. »
« Nous vous attendons. » Mestre jan coupa la communication et partit comme tous les autres se changer.
***
Le salon de la suite de Daenerys servit de salle de réunion de crise. La révérende mère Alexandra était arrivée accompagnée de deux autres révérendes. Une fois les salutations d’usage expédiées le mestre Jan s’aperçut que Sœur Alexandra regardait Daenerys d’une drôle de façon, il avait eu lui-même une drôle d’impression et se permit de vérifier l’aura de sa reine. Ce qu’il découvrit le surprit beaucoup plus qu’il ne le voulait. Daenerys ainsi que ses frères dans une moindre mesure était entouré d’une absence d’aura, une sorte de trou noir magique où toute magie, qu’elle soit bonne ou mauvaise était annulée. Il se rappela alors qu’il était le seul à être éloigné des targaryens quand il avait été attaqué par l’esprit. Le mestre se reprit et commença par rassembler les informations de chacun puis résuma la situation.
« Il est évident pour nous tous que ce rêve est prémonitoire et que le démon va sortir ou est déjà sorti. »
« Nous devons agir maintenant. » conclut-il d’un air grave.
« Vous avez raison, mestre et je vais mettre mes forces aux services de Dame Daenerys. » répondit Alexandra.
« Il semble évident que grâce à elle, vous allez pouvoir lutter efficacement contre lui. » continua-t-elle.
« C’est notre seule chance. » acquiesça Jan.
Aémon, Viserys et Daenerys étaient bouche bée devant l’assurance du mestre et de la révérende mère. Aémon allait émettre une objection lorsque Jan l’interrompit d’un geste pour lui expliquer leurs étranges capacités et celle encore plus puissante de leurs sœurs.
« Vous avez hérité du sang des Targaryens et dans le cas de vous, ma reine, du premier d’entre eux, Aégon le tueur de démon. » conclut-il.
« Chaque seconde compte alors allons-y. » décida l’héritière légitime de Westeros.
Ils partirent pour le couvent, accompagnant la révérende-mère et découvrirent encore une autre partie de l’immense complexe des honorés-matriarches. Une équipe de dix prêtresses étaient équipés en tenue de combat noire qui suivait les formes des belles prêtresses. Aémon dut admettre en voyant l’équipement qu’elle n’avait rien à envier aux gardes noires bien qu’il se garda bien de l’avouer ouvertement.
« Prenez l’équipement dont vous avez besoin et partons. » Alexandra montrait les râteliers d’armes et de munitions.
« Il paraît que vous avez un pilote d’exception Majesté ?  Du moins selon ses fanfaronnades auprès de plusieurs de mes sœurs. »
« Il ne se vante pas… du moins pas trop en effet ! » répondit Daenerys.
Jensen allait répondre mais un geste de Jan le fit taire.
« Il va pouvoir nous montrer l’étendue de son talent alors car ma pilote habituelle est souffrante. »
« Il en sera ravi. »
Une fois chacun équipé, ils montèrent dans l’ascenseur qui les menait sur le toit où attendait un hélicoptère de combat. Jensen et Coolidge se dirigèrent vers le cockpit et commencèrent la check-list pendant que les passagers embarquaient.
« Géné ok, Ignition Ok, Fuel Ok… » Les doigts de Jensen virevoltait d’un panneau à l’autre en actionnant des boutons
« EICAS Ok, on est paré au décollage. » Coolidge pianotait sur le poste de maintenance et consultait l’ordinateur de bord. Jasmine prit place au poste de copilote et commença sa check-list de son côté.
Ils décollèrent quelques minutes après sans encombre.
Jensen volait au ras de la voie ferrée en direction de Devil’s hand qui se détachait de plus en plus à l’horizon.
Il fit un premier passage à une altitude assez élevée pour voir  l’ensemble de la ville. Il y avait beaucoup plus de zombie que la dernière fois, un bon millier qui entrait en rang serrée dans la mine. A la recherche d’une zone pour se poser, il descendit lorsque soudain l’hélicoptère fit une embardée et les deux moteurs toussotèrent avant de se couper.
« Merde on a heurté un champ EMP, le champ de force est actif. » expliqua Coolidge.
« Autorotation ! » expliqua Jensen en coupant les moteurs avant de parler dans l’intercom.
« Attention l’atterrissage risque d’être violent. Accrochez-vous ! »
« Sans Blague ! On s’en doutait. » Murmura Dax qui comme tout le monde avait entendu les moteurs se couper.
Mais l’atterrissage fut plus doux qu’ils ne le pensaient et Jensen hurla de joie dans l’intercom.
« Putain, c’est qui l’taulier ! » avant de se rendre compte de sa bévue mais ne s’excusa pas pour autant.
Alexandra et ses sœurs étaient déjà paré à sortir.
« On vous couvre jusqu’à la mine, bonne chance. »
La porte arrière s’ouvrit et les honorés matriarches se ruèrent dehors en tirant.
« La sortie est dégagée, allez-y. » dit-t-elle dans le communicateur.
Aémon et Grax passèrent en premier suivit du reste de la suite. Dax resta auprès de daenerys pour la protégé et profiter le plus possible de son champ de protection. Ils eurent une vision d’horreur en voyant la quantité de zombie qui se ruait sur eux. Les commandos d’Alexandra avaient dégagé un passage dans lequel ils s’engouffrèrent. Ils vidèrent chargeur sur chargeur en descendant la mine, grax et Aémon abattait à grand coup d’épée des dizaines de zombie tandis que Dax abattait chacun d’entre eux de tir précis. Le sacrifice d’une sœur qui se fit exploser avec une charge de démolition leur permit de descendre au bas de la mine.
Ce fut pour eux l’occasion de reprendre quelques forces et de comptabiliser les pertes. Il ne restait que 4 sœurs avec Alexandra et Coolidge et Jasmine avaient disparus. Les zombies se regroupaient, il en restait des centaines.
« Sun, Gender et moi on reste avec les sœurs pour vous couvrir. » ordonna Aémon d’une voix qui n’appelait pas à discussion.
***
Dax et Viserys passèrent en premier suivit de Jan et Daenerys. Enfin Grax et Jensen couvraient l’arrière.
Leur progression était lente, ils marchaient dans la pénombre, entendant derrière eux le fracas des combats qui opposaient leurs amis aux hordes de carcasses. Ils passèrent par un boyau un peu plus large, qui rejoignit une intersection où ils furent attaqués par une horde de zombie. Viserys lâcha deux courtes rafales dans le corps du premier qui s’approchait tandis que Dax abattait le sien d’un laser dans la tête. Derrière eux, un zombie sauta sur Daenerys mais un tir conjugué de Jensen et de Jan détruisirent celui-ci avant qu’il n’atteigne l’héritière. Grax se rua sur deux autres carcasses qui arrivaient par derrière, le vorox plaça deux violents coups d’épée qui décapitèrent ses deux adversaires.
Malheureusement le vorox avait quitté l’aura protectrice de Daenerys et les esprits malins se ruèrent sur lui. Le gigantesque garde du corps fut pris de spasmes alors que son esprit luttait contre la possession démoniaque. Jensen, Dax et Viserys braquèrent leurs armes sur leur ami au cas où sa volonté céderait.
Le vorox mit genou à terre et se tint la tête avec l’une de ses paires de bras et frappait violemment le sol de l’autre en émettant des hurlements de terreurs qui glacèrent le sang de ses amis.
Le combat mental sembla durer une éternité et finalement le vorox s’ébroua tel un chien mouillé par la pluie et se releva en esquissant un sourire à sa maitresse. Il revint vers elle de sa démarche joyeuse typique du jeune vorox au grand soulagement de ses amis.
Ils continuèrent ainsi, à marcher dans les boyaux de la mine, et cela pendant un temps indéfini pour arriver dans une ancienne grotte aux proportions gigantesques. Au fond de celle-ci, une carcasse de vaisseau ressortait d’un éboulement. La caverne devait être gigantesque à l’origine, vu la taille du vaisseau qui gisait dedans depuis un temps immémorial. Il devait être là depuis des millénaires selon eux.
Sur leurs gauches du matériel de scientifique étaient stocké là et connecté entre eux à des câbles énergétiques.
Ils s’approchèrent de la carcasse du vaisseau et ni Viserys ni Jensen ne reconnurent le modèle de celui-ci. Les symboles inconnus sur le panneau d’accès leurs sembla être des glyphes Ur.
« Ce peut-il que ce soit ce que je pense. » dit Jensen.
« Quoi d’autre sinon ? » dit Jan.
Le jeune aurige était excité par cette découverte et en oublia presque ce pourquoi il était venu. Les scientifiques n’avaient pas réussi à ouvrir la porte aussi avaient-il fait sauter la paroi du vaisseau. Ils passèrent à travers la brèche un par un pour aboutir dans un petit sas. Viserys connecta son ordinateur bracelet au vaisseau mais le cryptage semblait bien trop puissant pour son équipement. Jensen mis la main sur la cloison faites d’un métal ou plus certainement d’un alliage inconnu et ressenti les vibrations.
« Incroyable ! Le moteur est en route. » Le jeune aurige réprima une larme en pensant à son ami ingénieur qui aurait comme lui bondit de joie devant cette découverte.
Ils marchaient dans les coursives et furent à plusieurs reprises scanné par un faisceau vert qui une fois la première surprise passé s’avéra inoffensif.
Ils aboutirent devant une porte qui avait dû être sévèrement protégé par des drones de combat au vue du nombre de cadavres qui gisaient sur le côté. Dans la pièce, ils reconnurent la salle de leur cauchemar. Sur le sol la stèle, où reposait le démon, était encore intacte contrairement à leurs rêves. Autour d’eux, une galerie d’horreur, des dizaines de monstres plus ou moins grand gisaient, momifiés, derrière des vitres. Ils regardèrent l’épaisseur des vitres puis se tournèrent vers la stèle faite en un alliage inconnu.
Jensen vit un autre couloir qui partait et après quelques mètres s’aperçut que cette galerie continuait sur des dizaines de mètres et sur plusieurs étages.
« C’est une prison ! » murmura Jan.
Viserys se plaça devant une console avec le clavier aux symboles inconnus. Des écrans visualisaient les différentes cellules et des indicateurs de vie indiquaient que tous les « locataires » étaient morts, excepté de faibles signes vitaux sur l’un. Celui qui reposait sous la stèle.
« Vous avez entendu ? » demanda soudain Dax.
« On dirait une bourrasque de vent » dit Jensen.
Ils se retournèrent en direction du bruit pour voir arriver par le couloir, une vague sombre se déversant comme un raz de marée. La vague frappa Daenerys de plein fouet qui tituba sur l’impact. La bulle protectrice était visible car la vague sombre était retenue par celle-ci.
Machinalement Grax, Dax et  Jensen s’étaient reculé pour s’éloigné de la belle Targaryenne. Jan s’était mis à côté d’elle et se concentrait pour l’aider mentalement du mieux qu’il pouvait. Il faiblissait car daenerys semblait absorber son énergie psionique pour contrer les forces démoniaques.
« C’est l’âme du démon qui tente de la tuer. »
Le combat était épique et sembla durer une éternité. La bulle de protection diminuait au fur et à mesure sous la puissance démoniaque tandis que la vague sombre se réduisait comme peau de chagrin. Viserys respira fortement et rejoignit sa sœur au cœur de la bulle de protection. A son tour il sentit son énergie être absorbée par sa sœur alors que le mestre Jan gisait à ses côtés quasiment inconscient.
Finalement l’ombre disparut totalement et la stèle se fissura dans un choc puissant, faisant tomber Daenerys et Viserys. Ils restèrent couchés par terre alors que leurs amis se rapprochaient d’eux. Grax souleva délicatement sa maîtresse évanouie. Jan se releva et prit le pouls de Daenerys.
« Tout va bien. » dit-il pour soulager aussi bien le vorox que lui-même. Dax aida Viserys à se lever.
« Super, on va pouvoir le visiter. » dit Jensen excité par les futures découvertes.
Un grondement sourd mit fin à ses espoirs. La stèle se souleva et une prison de verre apparut, derrière la paroi une gigantesque chimère qui suintait l’antinomie. Elle était morte mais ils eurent un frisson de terreur à sa vision.
Ils entendirent une voix métallique parler dans une langue inconnue, malgré tout Viserys et Jensen comprirent la teneur : un compte à rebours.
« GRAX SAUVE DAENERYS. » Hurla Viserys avant d’ajouter.
« COUREZ ! »
Ils coururent à perdre haleine vers la sortie. Grax passa en premier tenant Daenerys dans ses bras puissants suivi de Dax et Jensen alors que le vaisseau vibrait de plus en plus. La faille dans la coque se ressoudait progressivement et Viserys dû plonger pour passer au travers de celle-ci. Jan resta prisonnier du vaisseau, le mestre se mit à respirer profondément pour se mettre à méditer lorsqu’il fut une nouvelle fois parcouru par un rayon vert. Le sas s’ouvrit et le mestre ne se fit pas prier pour sortir du vaisseau. Dans la caverne des débris tombaient déjà du plafond, elle allait s’effondrer. A nouveau s’engagea pour eux un sprint pour sortir de la mine.
Grax rejoignit le premier la sortie, Daenerys dans les bras, où attendait Aémon, Gender et Sun ainsi que la révérende-mère Alexandra et deux sœurs. Ils étaient dans un piteux état. Dax et Jensen arrivèrent ensuite suivi de près pas Jan. Viserys chuta à quelques mètres de la sortie, il se releva au moment où le sol tremblait de plus en plus, la mine s’effondrait sur lui. Il courut à perdre haleine et se jeta à quelques mètres de la sortie. La mine s’effondra sur lui et son champ de force explosa surchargé par la violence du choc. Viserys était à demi sorti de la mine, les jambes prisent sous les éboulis. Dax, Sun et Gender le dégagèrent en hâte alors qu’un tremblement de terre secouait la carrière. Grax continua sa course éperdue vers le haut de la carrière suivi de Jan, Gender et Jensen et des matriarches.
Aémon grièvement blessé ainsi que Viserys qui avait la jambe cassée restèrent immobile. Dax et Sun se regardèrent et sans un mot restèrent là.
« Fuyez ! Restez pas là ! » Dit Viserys.
« J’en ai marre de courir. » répondit simplement Dax.
« Je suis trop fatigué pour fuir. » enchaîna Sun qui tenait son bras droit blessé.
Les vibrations étaient de plus en plus intenses et les quatre amis assis sur un rocher regardaient leurs amis qui courraient avec peine. Ils soufflèrent lorsqu’ils virent Grax arriver au sommet…
Soudain un buggy sauta dans le vide et atterrit sur la route en plusieurs rebonds, le pilote maintenait le cap malgré les secousses sismiques et se rapprochait d’eux à grande vitesse. Il fit un dérapage contrôlé et s’arrêta net devant eux.
« MONTE ! » hurla Jasmine.
L’aurige démarra en trombe une fois le dernier embarqué et remonta la pente en slalomant pour suivre les mouvements du sol. Elle s’arrêta une nouvelle fois très brièvement pour prendre le mestre Jan avant de foncer pied au plancher vers le haut de la carrière.
Jensen arriva à l’hélicoptère qui tournait, Coolidge lui ouvrit la porte et lui fit juste un petit sourire.
Le sol de la ville remuait de plus en plus et Jensen décolla mais resta en stationnaire à un mètre du sol, la rampe arrière ouverte. L’hélicoptère remuait violemment du fait des perturbations de sols et le pilote dû s’employer pour réussir pareil exploit.
Jasmine arrêta le buggy à quelques centimètres à peine de la rampe et ils escaladèrent celle-ci aidé par Grax. L’aurige fut la dernière à embarquer et Jensen pu enfin décoller et s’en retourner vers Reno.
 
***
La scène était majestueuse, sortant du sol un gigantesque vaisseau en forme de raie Manta resta un instant en stationnaire au-dessus de la mine. Les parois se reconstruisant peu à peu. Puis il partit en un éclair vers l’espace.
« Que s’est-il passé ? » demanda Jan.
Viserys grimaçait de douleur tandis qu’une sœur lui bandait la jambe.
« Une sorte de protocole d’urgence a dû s’enclencher. » expliqua le jeune baron en guenille.
Viserys était écorchée vif sur les bras et les cuisses et ses beaux vêtements étaient devenu des loques crasseuses.
***
Le Mestre Jan regarda les survivants de l’expédition et s’étonna de leur chance.
Aémon était en vie quoique grièvement blessé, Viserys n’avait qu’une jambe cassée et de nombreuses contusions, Gender était blessé à un bras tout comme Sun mais la suite était au complet. Il ne pouvait pas en dire autant des matriarches qui avaient payé un lourd tribu avec 8 sœurs mortes, toutes de puissantes psioniques adeptes de la voie du Soma et de la Fureur. Alexandra semblait avoir lu dans ses pensées et dit d’une voix réconfortantes savamment contrôlée pensa le mestre.
« Ne vous en voulez pas, c’était le prix à payer pour réussir cette mission sacrée. »
La révérende-mère regarda Daenerys qui dormait paisiblement.
« Prenez soin d’elle, elle est exceptionnelle. » ajouta la matriarche.
Jan acquiesça d’un signe de tête bien qu’il trouvait cette recommandation totalement stupide et que finalement la matriarche n’était qu’une humaine.
Ils atterrirent sans encombre sur le toit du couvent. Des sœurs arrivèrent pour les aider à débarquer.
« Vous êtes mes invités si vous le désirer. » expliqua Alexandra.
A la grande surprise de tous, Viserys refusa, trop fatigué et perclus de douleur qu’il était. Aémon fut envoyer à l’hôpital Volantis se faire soigner et les autres se reposèrent dans leurs chambres du casino.
***
La révérende-mère les fit venir quelques jours plus tard, une fois rétabli et remis à Daenerys un collier portant le symbole des matriarches.
« Ceci vous ouvrira les portes de Lys et vous permettra de voir les saintes mères de notre ordre. »
« Merci Révérende-mère. » Daenerys fit une légère révérence pour montrer son remerciement.
« Je me suis permise aussi d’offrir à votre frère et votre vorox une nouvelle armure adapté à leurs besoins ainsi que de réparer celle de votre frère Aémon. »
Cette fois-ci se fut au tour de Viserys de s’incliner pour la remercier, Grax se contentant d’un grognement et Aémon d’un salut de la tête.
« Vous pourrez choisir vos armes également. »
« Pour terminer le montant de vos agapes, Viserys, ainsi que celles de vos amis vous sont offertes… Du moins pour cette fois-ci. » Ajouta-t-elle malicieusement.

_________________
"Un bataille  équitable c'est quoi? C'est à dix contre un avec une intense préparation d'artillerie. Si tu veux de la finesse demande à ces tapettes de Space Marines." dixit un lieutenant de la garde Impériale.
"Ah! l'odeur de l'ork brûlé au petit matin, putain que c'est bon!" Le même lieutenant après la bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La geste de Daenerys du Typhon   

Revenir en haut Aller en bas
 
La geste de Daenerys du Typhon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La geste de Daenerys du Typhon
» commentaire sur la geste de daenerys
» La geste des chevaliers dragons
» Nouveau geste commercial de Sony
» voleur de dragon & appartement de Daenerys

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Légion Celte :: Jeux :: Jeux de Rôle :: Fading Suns-
Sauter vers: