La Légion Celte

Forum du club éponyme de jeux de rôle et figurines de Morlaix
 
AccueilPortailCalendrierFAQMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des Contes et des Légendes - Tanaephis et ses peuples

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Prozac
Démiurge
Démiurge
avatar

Messages : 259
Date d'inscription : 02/09/2013
Age : 36
Localisation : Morlaix

MessageSujet: Des Contes et des Légendes - Tanaephis et ses peuples   Jeu 23 Jan - 21:06

Au commencement :

     Tanaephis est déjà vieille. Les débuts furent glacés. Les premières tribus humaines furent nomades. la première invention fût la guerre : pour la nourriture, les armes, les femmes... Mais l'hiver recula, laissant des zones fertiles, une diminution des conflits et l'envie pour les hommes de s'installer. Les premiers foyers de peuplement apparaissent alors au sud-ouest du continent et avec eux la première civilisation humaine, bâties autour de cités-états à la fois rivales et unies par le commerce et les conflits : les Bathrahabans, dont les Batranobans d'aujourd'hui sont les descendants.

     
Sur le reste du continents, nomades et sédentaires s'affrontent pour occuper des territoires dans des conflits toujours aussi brutaux. Mais les hommes découvrent bientôt qu'ils ne sont pas les seuls à vouloir faire valoir leurs droits sur Tanaephis. Des créatures inhumaines parcourent les plaines. Elles ont des apparences singulières, parfois élégantes, parfois inquiétantes ou effrayantes ; pour cette raison les hommes les appelèrent les Chimères. Parfois, humains et chimères cohabitèrent dans le même espace, le même village. Mais cela ne durait jamais bien longtemps : la peur et le dégoût éveillèrent rapidement une soif de sang qui ne devait plus s'éteindre, ni chez les uns ni chez les autres.

Des débuts difficiles :

     Les années passent. Peut-être les siècles. Tanaephis change de visage. Le Sud est envahi par des jungles denses et luxuriantes. Un peuple de géants inhumains connus sous le nom de Pères y règnent, en partie à l'aide d'une magie qu'aucun homme n'avait jamais vu. Sous le règne des Pères les jungles deviennent un lieu paisible où une souche humaine à la peau noire développe sa propre civilisation : ce sont les Gadhars.
     Puis se fût au tour des plaines du centre d’accueillir de grandes cités. Mais les oppositions entre humains et chimères, l'orgueil des chefs de tribus, les haines et les peurs ainsi que les guerres qu'elles engendrèrent, tout cela empêcha toute organisation durable et toute intégration des tribus nomades.
     C'est dans ce chaos sanglant que les premiers Dieux s'incarnèrent dans le métal. Des rumeurs de surhomme magicien, d'esprit dément ou encore d'enfant-dieu se répandirent. Toujours, il était question d'une magie brutale et morbide dans ces histoires qui finirent par attiser la curiosité puis la convoitise des plus grands guerriers : une source de pouvoir si facile à acquérir ne se refuse pas. Même si sa maîtrise s'avère complexe... Les Porteurs d'Armes font leur apparition !
     Jusque là, les Bathrahabans avaient réussi à protéger leurs terres contre les Chimères. Mais contre des Porteurs de Dieux incarnés, ils ne purent rien faire : l'Ouest connut à nouveau la guerre et les alliances des cités blanches volèrent en éclats. Même les Pères furent vaincus par les Armes. Privés de protection, les Gadhars fuirent les jungles pour se réfugier sur les côtes de la Modaine et du Versan.
     Les Armes attisèrent les instincts les plus violents des hommes. On eut dit que tout le temps passé à s'extirper de la brutalité originelle n'avait pas existé.


Dernière édition par Prozac le Lun 3 Fév - 21:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Prozac
Démiurge
Démiurge
avatar

Messages : 259
Date d'inscription : 02/09/2013
Age : 36
Localisation : Morlaix

MessageSujet: Re: Des Contes et des Légendes - Tanaephis et ses peuples   Lun 3 Fév - 21:45

Les guerres inhumaines :

   Les chimères prirent ces conflits de plein fouet : de nombreuses peuplades disparurent de la surface du continent. Seules les plus solides et les plus féroces purent se défendre. D'autres furent épargnées, selon le goût des Armes, tel le peuples des Rocheux : les Nains. Ce fût pourtant de la peuplade la plus insignifiante et chétive parmi les chimères que vint le véritable danger.
     On leur donna différents noms : Âlbes, Faës, ou encore Elfes. Méprisés par tous les peuples guerriers (autant dire beaucoup de monde), ces chimères étaient le plus souvent ravalées au rang d'esclaves plaisants... Mais un jour les âlbes commencèrent à développer une étrange magie, inconnue des Armes mêmes. Ce pouvoir se développa et ces chimères devinrent incontrôlables. La mémoire exacte des évènements s'est perdue, mais le résultat fût là : l'humiliation et l'affaiblissement d'une humanité vaincue qui perdit dans le conflit les acquis de nombreux progrès et de nombreuses connaissances.
     Même les Armes ne purent rien. Les hommes étaient devenus esclaves d'un peuple désormais aussi implacable qu'il avait été faible. De nombreux palais à la gloire des chimères victorieuses furent construits sur le Centre et l'Est, le long de la Roxxeanne et de la route des elfes. La mégalomanie des nouveaux seigneurs atteignit son paroxysme avec la fondation d'une ville colossale grâce aux nains, eux aussi soumis : Pôle. C'est dans cette immense cité que tout le peuple elfe se retira, laissant les cours de ses palais désormais déserts.
     Pour autant, cela n'a pas signifié la paix pour les esclaves abandonnés à leur sort. Bientôt, depuis les plus hautes tours d'albâtre de Pôle, le peuple-magicien libéra ses puissants pouvoirs. Désormais, il jouait sans limites avec la réalité elle-même, remodelant ou effaçant des régions entières selon une volonté capricieuse. Quelques Armes tentèrent de se rebeller, elles se lancèrent à l'assaut des remparts de Pôle pour ne plus jamais revenir. Dans cette folie, seuls les nomades du centre, les peuples forestiers et les Bathrahabans parviennent à maintenir un semblant d'organisation.
     Puis un jour, plus rien : ni raids, ni calamités. Le calme plat. Les hommes assez courageux pour s'approcher de Pôle découvre une ville vidée de ses habitants. Les elfes avaient tout simplement disparu, sans laisser de traces. Ils abandonnèrent derrière eux un monde tremblant, mais libre.


Renouveau ?

     Les Bathrahabans sont les premiers à se relever, puis les autres peuples. Ce fût le temps des guerre du sang : une purge systématique des chimères qui dura jusqu'à leur totale éradication.
     Les Armes et leurs Porteurs revinrent sur le devant de la scène avec la disparition des Âlbes. Désormais, les Dieux incarnés se prennent au jeu de la construction des futures nations, nouvelles manières d'éprouver de nouvelles émotions.
     De nouveaux peuples émergent. les Bathrahabans se font désormais appelé Bathranobans, et cultivent d'étranges plantes dont ils parviennent à tirer des propriétés rappelant la magie elfique, ce qui leur vaut aussi bien des inimitiés qu'une paix craintive. Dans le centre et l'Est, les nomades et vossiniks règnent sur les plaines, pillent les sédentaires, persuadés d'avoir contribué par leur résistance à la fuite des Âlbes.
     Leur proie favorite sont les Ségions et leurs cités commerçantes installées le long de la Roxxeanne. Les Rivers, eux, assurent la liaison Est/Ouest sur le continent, grâce à leur bateliers qui parcourent la Wilkes et la Roxxeanne, empruntant les anciens canaux elfiques et les souterrains de Pôle ! La peur des elfes mettra des siècles à s'éteindre, et bien des évènements étranges leur furent attribués d'office !
     Sur la côte est les tribus noires sont repoussées vers le sud par une nouvelle population venue de l'Hadzac. Le racisme et les conflits les repoussent jusqu'à l'orée des jungles. Une partie de la population s'y enfoncent profondément, l'autre s'installe en Modaine ou dans les Comberais.
     Ces nouvelles populations blanches forment un nouveau creuset de civilisation au nord-est : les Gorns se développent, ambitionnant de rivaliser avec les Bathranobans.

     C'était bien parti. Mais cela ne dura pas bien longtemps : de sombres navires venus du large débarquèrent un jour sur la côte de la Vorène, vers 800 Avant Néinnes (aN). À leur bord, des hordes de guerriers bien décidés à trancher dans le lard pour se tailler une place sur Tanaephis !  
Revenir en haut Aller en bas
 
Des Contes et des Légendes - Tanaephis et ses peuples
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des Contes et des Légendes - Tanaephis et ses peuples
» [Fan-fiction] CFFC#1 - Contes, mythes, et légendes
» Salle des contes et légendes
» Contes et légendes de Kirin Tor
» [AJOUTE] Recueil de contes, légendes et fables du Lyonnais-Dauphiné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Légion Celte :: Jeux :: Jeux de Rôle :: Bloodlust-
Sauter vers: