La Légion Celte

Forum du club éponyme de jeux de rôle et figurines de Morlaix
 
AccueilPortailCalendrierFAQMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L.A.P.D. BLUES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LinksLeChat
Maître cinquante
Maître cinquante
avatar

Messages : 1470
Date d'inscription : 08/03/2012
Age : 37
Localisation : là où le vent me porte

MessageSujet: L.A.P.D. BLUES   Mar 24 Avr - 20:07

L.A.P.D. BLUES

_____________________________________________

Retrouvez sur notre chaine prochainement les chroniques des différentes unités du C.O.P.S. (Central Organisation for Public Security) que le lieutenant Hawkins nous a autoriser à suivre au cour de leurs investigations dans notre belle République de Californie. Les services de presse du L.A.P.D. nous fournirons également des extraits rédigés de la mains même de ces garants de la loi et de l'ordre. Ainsi qu'une interview exclusive de l’instructeur Dobey qui sera notre consultant exécutif pour ce programme.

Tout les jours à 6.00 et 19.00 sur votre chaîne d'info préférer: Murder and Crime sur le canal 301

Ici Ignace de la Groseille à vous les studios.


L'homme un cigare visser dans la bouche demande d'une voie rocailleuse tous en éteignant la télévision:

_ Chef avec tous le respect que je te doit, tu croi vraiment que c'est une bonne idée d'exposés ainsi les p'tits gas? Ils sont jeunes, inexpérimentés pour la plupart...
De plus, rien ne dit qu'un des vétérans ne nous fera pas un S.P.T.


Il est rare que le Lt Hawkins exprime ainsi ces craintes à son amis et toutefois Chef de la police.

_ Ne t'inquiète pas vieille branche... Ces vautours veulent du sensationnelles, qu'ils prennent le sensationnelle. De plus cette petite grue et son équipe ont signés une décharge. Rien n’empêche qu'ils ne reviennent pas! Cela fait un moment que aucun code noire n'a était décréter par le gouvernement.

Il s’assoit avec calme dans son fauteuil et regarde la ville illuminer par la baie vitrée de son bureau. Puis son regarde se porte sur son amis qui se sert un verre de scotch puis ajoute:

_ Il sont jeunes, inexpérimentés... Pourquoi s'inquiéter... il ne sont pas corrompus, ils ne sont pas blazer des horreurs de ce métier, ils ont fois en ce qu'ils font. Quand aux vétérans... ils feront tous pour éviter les bavures et dérapages, je ne m’inquiète pas pour eux.

_"Est-ce que l'on devraient les prévenir?"

_"Non! Je préfère que cette petite grue comprenne qu'elle n'a rien à faire sur le terrain à gêne d’honnête policiers.


Les deux hommes parte dans un éclats de rire sonore qui monte dans cette nuits lourde et chaude du mois de Juillet 2030.

_________________
Certains peuples vouent un culte à l'argent au commerce, d'autres ne vivent que par la mécanique, d'autres encore se complaisent dans la conquête et la guerre. Croyez-moi, un marin au long cours aura l'occasion de voir bien des choses étranges au cours de ses voyages !
Hual Bouffeur d'Ecume


Dernière édition par LinksLeChat le Mer 7 Nov - 8:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
LinksLeChat
Maître cinquante
Maître cinquante
avatar

Messages : 1470
Date d'inscription : 08/03/2012
Age : 37
Localisation : là où le vent me porte

MessageSujet: Re: L.A.P.D. BLUES   Mer 25 Avr - 14:42

C.O.P.S. Une semaine en enfer

Ou comment faire son boulot correctement avec une caméra et un micro braquer sur vous

Alors que les personnages se rendent au commissariat pour débuter leur ronde de la semaine ils entendent un appel 10-18 du standard.

« Appel à toutes les unités... Menace de suicide collectif au sommet du building Lorenzo...»

Et voilà, le service n'a pas encore commencé que vous vous retrouvez déjà sur la brèche. Le building Lorenzo est un Immeuble d'une dizaine d'étages situé à moins de cinq minutes du commissariat et donc de votre position actuelle. Et dire que les C.O.P.S. étaient pour une fois, partis pour arriver à l'heure au boulot.

Dans la rue plusieurs voitures de patrouille ont déjà délimité un périmètre de sécurité autour duquel sont agglutinées plusieurs dizaines de personnes toutes concentrées vers ce qui se passe une vingtaine de mètres plus haut.

A leur arrivés, Il suffira de montrer sa carte de cops pour que les cordons s'ouvrent devant les personnages. Les flics en uniforme sont d'ailleurs ravis de se débarrasser de cette histoire sur les épaules de gradés qui plus est du C.O.P.S.

Sur le toit du bâtiment au bord du vide se tiennent une dizaine de personnes toutes vêtues d'une toge blanche. Il suffira d'approcher un tout petit peu pour se rendre compte de la situation précise. Un prêcheur d'un vague culte apocalyptique est en train d'encourager ses ouailles à s'envoler vers le seigneur. Le prêcheur est encadré de deux fidèles armés de Calico KM 021.

Les agents de terrain bien entraîner à tout les situation de crise font étalement de leur maîtrise de situation. Ils se montrent discrets, ils approchent jusqu'à une dizaine de mètres des gorilles sans se faire repérer, plus celui embusquer derrière eux qui est maîtrisé sans bruit ni violence inutile.

La situation est des plus inextricables. Une analyse psychologique de situation et quelques échanges phonique via les casque mène les personnages à la conclusion suivante:
S'ils tentent de raisonner le prêcheur rien n'y fera et, au bout d'un moment, il ordonnera à ses ouailles de sauter et à ses gardes du corps d'ouvrir le feu sur ceux qui hésiteront ainsi que sur les flics et toute personnes sur la trajectoire. Les deux gorilles sont des débiles congénitaux totalement inféodés aux ordres de leur gourou.

Un plans est mis en place en quelque seconde:
Une des meilleures opportunités pour les C.O.P.S. est de restés la neutralité incarnée et de neutraliser le gourou et ses gorilles avant d'essayer de parler aux amateurs de chute libre.
Une fois que le prêcheur ne sera plus en mesure de communiquer avec eux, il faudra alors convaincre les sauteurs de bien vouloir descendre du parapet.

A quelque écart près le plans est appliquer. Les gorilles et le gourou sont neutraliser et les amateurs de chute libre ramener vers des espace plus sure. Il suffit d'une seconde d’inattention, le prédicateur échappe à la surveillance et prend son élan et fait le grand saut. Seul problème, il avait les menottes aux points, une enquête du S.A.D. est immédiatement diligenté.

Une fois tout le monde en bas (d'une manière ou d'une autre), les personnages se rendent au commissariat.

Au fait, sauriez, vous passez à la télé ... sur Murder and Crime sur le canal 301 dans leur édition spécial animer par Ignace de la Groseille... Bienvenus pour cette semaine en enfer... Twisted Evil Twisted Evil

_________________
Certains peuples vouent un culte à l'argent au commerce, d'autres ne vivent que par la mécanique, d'autres encore se complaisent dans la conquête et la guerre. Croyez-moi, un marin au long cours aura l'occasion de voir bien des choses étranges au cours de ses voyages !
Hual Bouffeur d'Ecume


Dernière édition par LinksLeChat le Dim 30 Sep - 9:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
LinksLeChat
Maître cinquante
Maître cinquante
avatar

Messages : 1470
Date d'inscription : 08/03/2012
Age : 37
Localisation : là où le vent me porte

MessageSujet: Re: L.A.P.D. BLUES   Mer 9 Mai - 16:44

Lundi 15h00 au pied du batiment du L.A.P.D.

15h00 et un soleil de plomb. Le goudron colle sous la semelle des lourdes chaussures blindées que vous avez désormais l'habitude de porter en permanence. 15h00, l'heure de prendre le service.

Le premier problème c'est qu'il est 15h00 et que vous êtes encore coincés dans le grand hall d'accueil du QG du LAPD. Il semblerait bien qu'une fois encore ces satanés portails détecteurs de métaux soient encore tombés en rade. Du coup les innombrables visiteurs sont passés les uns après les autres aux tests des détecteurs manuels des flics en faction qui semblent prêts à fondre dans leur uniforme dégoulinant de sueur. Bien évidemment, la clim non plus ne marche pas... À croire que c'est un complot organisé dans le but de pousser les charmants citoyens de LA à quitter au plus vite ce lieu devenu désormais moins hospitalier qu'un bureau de poste.

Après vous être frayé un chemin dans la foule et vous être attiré des insultes qui feraient frémir les créateurs de South Park vous parvenez finalement jusqu'au portail gardé par l'officier BigNick, le cerbère de la porte d'entrer. Après un rapide "_ encore en retard mes loulous…" il vous laisse gracieusement passer. L'équipe journalistique de Murder and Crime de Ignace de la Groseille est inviter à une fouille du matériels et des personnes dans une zone à l'écart. IL rejoigne plus tard les officier du COPS.

15h15 à l'horloge au-dessus de l'accueil lorsque les portes de l'ascenseur s'ouvrent sur l'étage du COPS. Vous croisez certains de vos collègues tandis qu'ils quittent le bureau après une matinée bien remplie... les veinards.

"_ Coup de bol, Mc Clure n'est pas présent au comptoir pour nous sermonner comme de gamins de dix ans." dit l'un des c.o.p.s en souriant à ces collègues.

Dans la salle B, vous pouvez encore entendre le bruit de quelques conversations et des claviers des retardataires qui terminent leurs rapports. Bientôt elle sera aussi silencieuse que la salle C. En effet cette semaine les deux tiers des types de la B sont chargés de la tranche 7h00-15h00 et les deux tiers des types de la C sont chargés de la tranche 23h00-7h00. De votre côté, en compagnie des deux tiers de vos collègues de la A vous devez vous taper 15h00-23h00. Tous les autres p'tits gars de l'étage sont plus ou moins en repos, en congés malades, déprimés ou morts, (après un rapide coup d'œil sur le planning général). Il est évident qu'à ce rythme là ce n'est pas une semaine toutes les trois semaines que vous allez pouvoir récupérer mais plutôt une toutes les six ou huit… et autant oublier de se faire payer les heures sup', vue l'affaire des détournement de fond de Noël dernier... au regard des dernières notes de service affichées sur la double porte battante de la salle des enquêteurs.

Lorsque vous entrez vous voyez immédiatement que la plupart de vos collègues sont déjà au boulot depuis un moment: « Padre», la langue pendante comme un môme concentré, est déjà sagement en train de corriger ses rapports au correcteur; «Sniper» s'absorbe dans la contemplation de photos de carcasses probablement humaines avant qu'un maniaque du couteau ne décide de s'y attaquer et la ravissante «Proc» semble se remettre d'une nuit trop agitée en noyant sa mauvaise mine/humeur dans un litre de café trop noir et trop sucré . Vous êtes finalement ramenés aux douces réalités de la vie par la charmante voix de votre bien-aimé lieutenant.

Curieusement, pas la moindre trace de sueur ne semble souiller Son uniforme impeccablement repassé.Vous commenceriez presque à croire ces tabloïds vendus 1 $ dans la rue, les extraterrestres sont parmi nous et plus certainement encore vous en avez un devant vous.

"_ Cest gagné" hurle-t-il en ouvrant la porte de son aquarium.
"_ Demain je vous paye une montre, comme ça j'aurais peut-être la chance de vous voir arriver une fois à l'heure dans ma vie" s'égosille-t-il avant de brutalement claquer la porte de son bureau heureusement faite de verre securit. Les journaliste ne sont pas invités à entrer, mais heureusement pour eux, la voix du Lt Hawkins porte au-delà des vitres securit de son bureau. Ils peuvent faire des images et commencer le tournage proprement dit...

_________________
Certains peuples vouent un culte à l'argent au commerce, d'autres ne vivent que par la mécanique, d'autres encore se complaisent dans la conquête et la guerre. Croyez-moi, un marin au long cours aura l'occasion de voir bien des choses étranges au cours de ses voyages !
Hual Bouffeur d'Ecume
Revenir en haut Aller en bas
LinksLeChat
Maître cinquante
Maître cinquante
avatar

Messages : 1470
Date d'inscription : 08/03/2012
Age : 37
Localisation : là où le vent me porte

MessageSujet: Re: L.A.P.D. BLUES   Lun 5 Aoû - 21:02

En ce premier jour de la semaine le thermomètre galope allégrement au-dessus de la barre fatidique des 40°C à l'ombre. Cette insupportable chaleur, ce soleil de plomb ne laissent finalement rien présager de bon. Les esprits s'échauffent et ne peuvent trouver de repos dans la venue d'une nuit tout aussi chaude et humide que la journée. Dans le langage des flics il fait un temps à crime, de quoi se mettre du baume au cœur juste avant de commencer une nouvelle semaine de garde.

Curieusement la journée commence calmement, peut-être trop justement, les téléphones ne sonnent pas et les officiers présents ont donc le temps de régler les habituels problèmes de paperasseries administratives. le temps s'écoule comme dans une cafetière  trop entartrée, lentement et bercé par les vagues de chaleurs montant de la rue. Rien ne semble y faire, ni le fait que les cops soient au trente-cinquième étage, ni le fait que leur bureau est théoriquement censé disposer d'une clim. Dans la salle des inspecteurs la caméra passe pour voir que «Proc» a finalement décidé d'essayer de dormir un peu en attendant les coups de téléphone qui ne vont pas manquer de pleuvoir d'ici peu.

C'est finalement vers seize heures que les convocations pleuvent. UZ401 dans l'un des bureaux de l'aquarium, celui de Tod  Hawkins en l'occurrence, leur vénéré lieutenant. Ils suffoqueront presque en entrant dans les lieux. L'absence de courant d'air et la  forte odeur de cigare ajoutées à la chape de chaleur leur donnent presque envie de vomir.  Tranquillement assis dans son fauteuil en cuir (mais  comment faire pour ne pas transpirer et pour ne pas immédiatement voir sa chemise coller au  cuir?), Tod Hawkins les invite à prendre place sur les quatre sièges qui lui font face. Dans l'ombre de l'angle du bureau, un cinquième se devine.

«la journée m'a l'air plutôt calme les jeunes. Du coup j'ai probablement un petit  truc à vous filer. J'aimerais que vous bossiez tous dessus de manière à m'expédier cette affaire, si affaire il y .a, au plus vite. Vous avez déjà eu l'occasion de rencontrer les flics de Skid Row dernièrement, n'est-ce pas. Enfin, quoi qu'il en soit, ils sont  vraisemblablement confrontés à un problème de disparitions mystérieuses. Il semblerait que des prostituées aient eu la mauvaise idée de s'évanouir dans la nature. Bon, je ne sais pas très bien si tout cela est bien sérieux, mais  allez-y jeter un coup d'œil, on ne sait jamais.»

Rejoindre Skid Row dans les embouteillages de l'après-midi et sous un soleil de plomb, voilà une bien bonne idée... Pensent-ils

«J'aimerais que vous bossiez également sur le transfère d'un prisonnier à convoyer à No-Hoper Point. Il est au dépôt, le fourgon pénitencier vous attend au garage. Vous ne devriez pas en avoir pour plus de deux heures»

Avec le sourire qu'il arbore, ont va en avoir pour l'aprèm' et Skid Row by night... Et merde c'est quoi cette nana qui film l'étage. Les pensés de Nikeur lui font oublier d'écouter la suite. Heureusement baveux est à l'écoute.»

_________________
Certains peuples vouent un culte à l'argent au commerce, d'autres ne vivent que par la mécanique, d'autres encore se complaisent dans la conquête et la guerre. Croyez-moi, un marin au long cours aura l'occasion de voir bien des choses étranges au cours de ses voyages !
Hual Bouffeur d'Ecume
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L.A.P.D. BLUES   

Revenir en haut Aller en bas
 
L.A.P.D. BLUES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon Ellowyne Moody Blues Enfin là
» Jazz, mademoiselle chante le Blues ♪
» Blues, Rock and co ^^
» Graphisme et blues
» Summertime Blues.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Légion Celte :: Jeux :: Jeux de Rôle :: C.O.P.S.-
Sauter vers: