La Légion Celte
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Clé licence Windows 10 professionnel 32/64 bits ...
Voir le deal
1.09 €

La plume de Fynn

Aller en bas

La plume de Fynn Empty La plume de Fynn

Message  gueute Mer 3 Fév - 12:15

De retour des enfers, confortablement installé prés de sa douce dans le Palais des Plaisirs,
Fynn compose...

Sur le seuil des enfers la compagnie rêvée
S'évaporait légère en cette ombre abhorée
À son clan en vain dans un suprême effort
Avait tendu les mains. Vers la nuit éternelle,
Par delà les flots noirs le Destin la rappelle ;
Déjà la barque triste a gagné l'autre bord.

Tout entier aux regrets de sa quête fatale,
L’oiseau erra longtemps sur la rive infernale.
Sa voix du nom chéri d’Ernalda remplit ces lieux déserts.
Il repoussait du chant la douceur et les charmes ;
Mais, sans qu'il la touchât, sa lyre sous ses larmes
Rendait un son plaintif qui mourait dans les airs.

Enfin, las d'y gémir, il quitta ce rivage
Témoin de son malheur. Dans le Sartar sauvage
Il s'arrête, et là, secouant sa torpeur
Où le désespoir sombre endormait son génie,
Il laissa s'épancher sa fureur infinie
En de fougueux accords arrachés à son cœur.

Ce fut le premier chant de la douleur humaine
Que ce cri d'un Orlanthi et que sa plainte vaine ;
La parole et la lyre étaient des dons récents.
Alors la poésie émue et colorée
Voltigeait sans effort sur la lèvre inspirée
Dans la grâce et l'ampleur de ses jeunes accents.

Des sons harmonieux telle fut la puissance
Qu'elle adoucit bientôt cette amère souffrance ;
Un sanglot moins profond sort de ce sein brisé.
La Muse d'un sourire a calmé le poète ;
Il sent, tandis qu'il chante, une vertu secrète
Descendre lentement dans son cœur apaisé.

Et tout à coup sa voix qu'attendrissent encore
Les larmes qu'il versa, prend un accent sonore.
Son chant devient plus pur ; grave et mélodieux,
Il célèbre à la fois dans son élan lyrique
Orlanth et Ernalda, ce beau couple pudique
Qui marche heureux et fier sous le regard des Dieux.

Il les peint dans leur force et dans la confiance
De leurs vœux éternels. Sur le Temps qui s'avance
Ils ont leurs yeux fixés que nul pleur n'a ternis.
Leur présence autour d'eux répand un charme austère ;
Mais ces témoins célestes descendus sur la terre
Ne sont vraiment divins que quand ils sont unis.

Oui, si quelque erreur triste un moment les sépare,
Dans leurs sentiers divers bientôt chacun s'égare.
Leur pied mal affermi trébuche à tout moment.
La Pudeur se détourne et les Grâces décentes,
Qui les suivaient, formant des danses innocentes,
Ont à l'instant senti rougir leur front charmant.

Eux seuls en l'enchantant font à l'homme éphémère
Oublier ses destins. Leur main douce et légère
Le soutient dans la vie et le guide dans la quête.
Si les temps sont mauvais et si l'horizon semble
S'assombrir devant eux, ils l'éclairent ensemble,
Appuyés l'un sur l'autre cheminant dans la tempête.

Pour mieux entendre Orlanth, au sein de la nature
Tout se taisait ; les vents arrêtaient leur murmure.
Même les habitants du Palais éthéré
Oubliaient le nectar ; devant leur coupe vide
Ils écoutaient charmés, et d'une oreille avide,
Monter vers eux la voix du mortel inspiré.

Ces deux divinités que chantait l'hymne antique
N'ont rien perdu pour nous de leur beauté pudique ;
Leur front est toujours jeune et serein. Dans leurs yeux
L'immortelle douceur de leur âme respire.
Calme et pur, le bonheur fleurit sous leur sourire ;
Un parfum sur leurs pas trahit encore les Dieux.

Bien des siècles ont fui depuis l'heure lointaine
Où Sartar entendit ce chant ; sur l'âme humaine
Plus d'un souffle a passé; mais l'homme sent toujours
Battre le même cœur au fond de sa poitrine.
Gardons-nous d'y flétrir la fleur chaste et divine
De l'amour d’Ernalda éclose aux anciens jours.
gueute
gueute
Maître cinquante
Maître cinquante

Messages : 892
Date d'inscription : 31/01/2014
Age : 38
Localisation : SMDC

Revenir en haut Aller en bas

La plume de Fynn Empty Re: La plume de Fynn

Message  gueute Mer 3 Fév - 12:16

Justes Dieux, que l'Enfer est un gouffre effroyable !
Ses ténèbres, ses feux, son soufre, ses tourments,
Ses gênes, ses bourreaux, ses cris, ses hurlements,
N'ont rien, dans l'univers, qui leur soit comparable.

Là ronge incessamment le ver insatiable,
Là l'on sent du remords les poinçonnements,
Là sans pouvoir mourir l'on meurt à tous moments,
Là l'éternité rend la peine épouvantable.

Objet rempli d'horreur, tu viens mal à propos
Intimider mon âme et troubler mon repos ;
Loin d'ici, noire image, à mon bonheur contraire.

Non, reviens : c'est ma chair qui m'aveugle en ce point,
Mais voici d’Humakt le conseil salutaire
Crains sans cesse l'Enfer pour n'y descendre point.
gueute
gueute
Maître cinquante
Maître cinquante

Messages : 892
Date d'inscription : 31/01/2014
Age : 38
Localisation : SMDC

Revenir en haut Aller en bas

La plume de Fynn Empty Re: La plume de Fynn

Message  gueute Mer 3 Fév - 12:17

Je ne vous offre plus pour toutes mélodies
Que des cris de révolte et des rimes hardies.
Oui ! Mais en m'écoutant si vous alliez pâlir ?
Si, surpris des éclats de ma verve imprudente,
Vous maudissez la voix énergique et stridente
Qui vous aura fait tressaillir ?

Pourtant, quand je m'élève à des notes pareilles,
Je ne prétends blesser les cœurs ni les oreilles.
Même les plus craintifs n'ont point à s'alarmer ;
L'accent désespéré sans doute ici domine,
Mais je n'ai pas tiré ces sons de ma poitrine
Pour le plaisir de blasphémer.

Comment ? Le Lunar déchaîne ses colères ;
Partout, contre l'effort des erreurs séculaires ;
La Vérité combat pour s'ouvrir un chemin ;
Et je ne prendrais pas parti de ce grand drame ?
Quoi ! ce cœur qui bat là, pour être un cœur de femme,
En est-il moins un cœur humain ?

Est-ce ma faute à moi si dans ces jours de fièvre
D'ardentes questions se pressent sur ma lèvre ?
Si votre Déesse Rouge m'inspire des soupçons ?
Si la Nature aussi prend des teintes funèbres,
Et si j'ai de mon temps, le long de mes vertèbres,
Senti courir tous les frissons ?

Jouet depuis longtemps des vents et de la houle,
Mon bâtiment fait eau de toutes parts ; il coule.
La foudre seule encore à ses signaux répond.
Le voyant en péril et loin de toute escale,
Au lieu de m'enfermer tremblant à fond de cale,
J'ai voulu monter sur le pont.

À l'écart, mais debout, là, dans leur lit immense
J'ai contemplé le jeu des vagues en démence.
Puis, prévoyant bientôt le naufrage et la mort,
Au risque d'encourir l'anathème ou le blâme,
À deux mains j'ai saisi ce livre de mon âme,
Et j'ai lancé par-dessus bord.

C'est mon trésor unique, amassé page à page.
À le laisser au fond d'une mer sans rivage
Disparaître avec moi je n'ai pu consentir.
En dépit du courant qui l'emporte ou l'entrave,
Qu'il se soutienne donc et surnage en épave
Sur ces flots qui vont m'engloutir !
gueute
gueute
Maître cinquante
Maître cinquante

Messages : 892
Date d'inscription : 31/01/2014
Age : 38
Localisation : SMDC

Revenir en haut Aller en bas

La plume de Fynn Empty Re: La plume de Fynn

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum