La Légion Celte

Forum du club éponyme de jeux de rôle et figurines de Morlaix
 
AccueilPortailCalendrierFAQMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 JOURNAL D’ALAN BEDILLON TROTTER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
edgar pied leger
Edgar
Edgar
avatar

Messages : 2014
Date d'inscription : 06/03/2012
Age : 45
Localisation : t'aimerai bien le savoir hein!

MessageSujet: JOURNAL D’ALAN BEDILLON TROTTER   Mer 15 Jan - 17:33

Jour 1
Pourquoi je me suis foutu dans cette galère ? Je n’aurais jamais dû accepter ce contrat ! Plus jamais, je ne me laisserai guider par l’argent, je le jure sur la tête de mon père

Jour 2
Encore ces foutus cauchemars, je n’arrive plus à dormir normalement, chaque nuit je revois cette horrible boucherie et leurs regards. J’ai l’impression de les entendre m’implorer à l’aide.

Jour 3
Je l’ai échappé belle, ils sont à mes trousses. La salope était là et a lancé ses hommes. J’en ai abattu un et je me suis barré. J’ai réussi à prendre le premier train qui partait pour l’Ouest, je vais aller me planquer dans le grand labyrinthe le temps que cela se tasse. En attendant je ne peux m’empêcher de regarder derrière moi, je deviens parano !

Jour 4
Je viens de rencontrer dans le train pour Virginia City un curieux couple, un vieux savant du nom d’Amadeus Rivets et sa jeune maitresse Kate. Il prétend qu’il n’est rien pour elle mais il lui paye tout ! Personne ne fait cela ! En plus la femme est accompagnée d’une gamine qu’elle fait passer pour sa sœur mais c’est du pipeau je le sais bien. Il y a aussi un sudiste de la Louisiane, un cajun plutôt du genre nerveux et un métis des îles, un ancien pirate si j’ai bien compris qui veut découvrir l’Ouest. Au départ de Denver notre wagon avait été accroché à un convoi spécial de l’union, c’est le meilleur moyen d’être attaqué, je vais me méfier encore plus. Un Capitaine, une baraque nous a dit de rester dans le wagon, ça tombe bien j’ai pas envie de le quitter.

Jour 5
La halte à Virginia City s’est bien passé, j’ai fait gagner pas mal au cajun qui m’a juré de me payer en retour à son premier gros coup. Il n’en fera rien mais pour la première fois de ma vie j’m’en tape. Il est vraiment nerveux, il a failli planter le commerçant pour des broutilles, il a fallu que je sois très diplomate pour empêcher que ça tourne en bain de sang.

Jour 6
Au départ de Virginia City, la femme du vieux était gravement malade, visiblement elle avait une sorte de parasite dans le bide, le tord boyau du texas d’après le médecin qui lui a filé le remède. Après avoir qu'elle ait bu la potion cette saloperie est sortie et je l’ai flingué avec mon feu, c’est dégueulasse.

Jour 7
Putain ! C’était quoi ça ! Une tornade comme j’en ai jamais vu, elle a retourné le train comme un fétu de paille. Je sais pas comment je m’en suis sorti mais je suis veinard. C’est pas le cas de la gamine qui est gravement blessé, une fracture ouverte et elle a perdu beaucoup de sang. Sa mère n’a pas réagi beaucoup, d’ailleurs au début j’ai cru qu’elle s’en foutait. J’ai fait un garrot à la gamine le temps de la sortir des débris et après j’ai aidé les autres à sortir les autres. Je deviens un vrai samaritain, c’est pourtant pas mon habitude. Le cajun a salement morflé mais il a pas l’air d’être mortellement blessé. Ce que je craignais est arrivé, il n’y a personne qui est capable de soigner la gamine et je suis le seul à me soucier de la sauver, sa mère est incapable de faire la moindre chose. Les autres s’en tapent mais je ne les blâme pas, après tout en temps normal moi aussi je m’en taperai mais je ne veux pas avoir mourir la gamine s’en rien tenter. Le pirate a laissé son sabre sur le feu et je vais faire comme j’ai déjà vu sur les bateaux, couper la jambe. Sa jambe est noire et elle pue, l’amputation est l’unique chance pour la pauvre fillette.
Jour 8
Elle n’a pas survécu, je suis un peu triste et j’espère qu’elle ne va pas revenir me hanter comme les autres mais bon ce ne serait qu’une de plus ! J’ai bafouillé des condoléances à la femme qui ne les a sûrement pas entendu mais je vais me méfier d’elle au cas où elle voudrait se venger, elle ne m’a plus l’air très saine d’esprit, parfois elle parle dans le vide comme si elle parlait à la gamine.

Jour 15
Le vieux savant a bricolé une sorte de wagon à vapeur et on va pouvoir quitter ce coin morbide. Tous ces morts me rendent mal à l’aise et je n’ai plus de whysky. C’est quand même le plus drôle d’équipage que j’ai jamais connu : Un vieux fou bricoleur, un capitaine de l’union qui n’en ai peut-être pas un, une chasseuse de monstre, un chasseur de trésor et un pirate. Le pire c'est que si cela risque de tourner au vinaigre je m’inquiète de comment ça va tourner.

_________________
"Un bataille  équitable c'est quoi? C'est à dix contre un avec une intense préparation d'artillerie. Si tu veux de la finesse demande à ces tapettes de Space Marines." dixit un lieutenant de la garde Impériale.
"Ah! l'odeur de l'ork brûlé au petit matin, putain que c'est bon!" Le même lieutenant après la bataille.
Revenir en haut Aller en bas
tonioscorpio
Maître
Maître
avatar

Messages : 322
Date d'inscription : 08/10/2012
Age : 29

MessageSujet: Re: JOURNAL D’ALAN BEDILLON TROTTER   Jeu 16 Jan - 17:14

edgar pied leger a écrit:
Jour 1
Jour 7
Je deviens un vrai samaritain, c’est pourtant pas mon habitude.

Tu n'étais pas loin de l'Oscar de la Bonne Action.  santa 

_________________
" Avant les hommes, avant même les nains et les elfes, les anciens arrivèrent sur ce monde. Puis vint le chaos et le Grand Dessin des Anciens fut jeté à bas. Nous sommes les derniers de leurs serviteurs et il nous revient de restaurer le Grand Dessin , et de vaincre par la même les jeunes races. " extrait du LA Hommes-Lézards
Revenir en haut Aller en bas
edgar pied leger
Edgar
Edgar
avatar

Messages : 2014
Date d'inscription : 06/03/2012
Age : 45
Localisation : t'aimerai bien le savoir hein!

MessageSujet: Re: JOURNAL D’ALAN BEDILLON TROTTER   Sam 18 Jan - 11:44

Jour 16
Il y a des jours comme ça où l'on ferait mieux de rester couché! La bonne nouvelle c'est que le vieux est plutôt bon dans le genre professeur foldingue, il s'attache un peu trop à la musique de ses machines mais je dois dire que son engin fonctionne très bien. Par contre sa maîtresse est en train de sucrer les fraises, elle fait des bruits bizarres, se met à rires sans raison ou à pleurer. je crois que la pauvre femme a perdu la raison. Le pirate a déballé le livre que le moine lui a donné et ce que j'ai pu lire sur la couverture, quelques choses en latin du genre "Codex Propheticus apocalypticus" me fait entrevoir le pire et les images indiquent le passé et le futur. Il y a une relique sacré au fond de l'eau dans le grand labyrinthe près d'une mine je me suis juré que cela ne tomberai pas entre de mauvaise main.
On est arrivée à junction pour tomber sur les pinkerton et les tuniques bleues qui nous ont mis au ballon sans nous laisser une chance de nous expliquer, on a rejoint un chinois et un trappeur un brin mystique, ils attendent avec un autre type et un cadavre. Ils nous expliqué qu'une métisse chinoise, une sorcière, est à l'origine de ce bordel. Encore une putain de sorcière!

Jour 17
D'abord le cadavre a commencé par ce relever, il m'a foutu une frousse terrible puis le pirate qui l'a descendu avec sa vieille pétoire a commencé à se transformer en espèce de cadavre ambulant qui se dit s'appeler Rackham. J'étais paralysé par la peur...
Puis l'enfer s'est déchaîné et un boulet a défoncé notre wagon et emporté cette abomination.
Du coup on a sauté du wagon pour s'enfuir vers le chariot du vieux, on a été attaqué par des cadavres tandis que l'abomination se relevait en riant. C'était carrément flippant. Heureusement que les tuniques bleues n'ont pas trouvés mon couteau indien et j'ai pu me défendre contre cette viande morte. D'ailleurs l'effet de mon couteau sur eux est curieux, il donne l'impression que contre lui les cadavres redeviennent vivant. J'en ai retué 4 ou cinq je ne sais plus mais j'ai eu une chance d'irlandais car j'ai failli être blessé gravement plusieurs fois. En tout cas je me posais des questions sur les capacités de mes collègues d'infortunes, ils ont l'air de savoir se défendre c'est une bonne nouvelle. Finalement on a réussi à rejoindre le chariot machin chose du vieux et à se tailler.

_________________
"Un bataille  équitable c'est quoi? C'est à dix contre un avec une intense préparation d'artillerie. Si tu veux de la finesse demande à ces tapettes de Space Marines." dixit un lieutenant de la garde Impériale.
"Ah! l'odeur de l'ork brûlé au petit matin, putain que c'est bon!" Le même lieutenant après la bataille.


Dernière édition par edgar pied leger le Jeu 6 Mar - 18:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
edgar pied leger
Edgar
Edgar
avatar

Messages : 2014
Date d'inscription : 06/03/2012
Age : 45
Localisation : t'aimerai bien le savoir hein!

MessageSujet: Re: JOURNAL D’ALAN BEDILLON TROTTER   Sam 25 Jan - 13:13

Jour 18
Merde! la machine infernale du vieux est en rade dans la montagne, pas moyen d'avancer. Le chinois a vu une trainée verte qui partait vers le sud. Ce putain de pirate est passé devant nous, je suis prêt à parier qu'il va droit sur le monastère.

Finalement après plusieurs essais foireux et comme on y voit goutte on a décidé de dormir ici. On devait faire des tours de garde mais on s'est tous endormis. L'essentiel c'est que l'on s'est réveillé en vie! La machine du vieux est enlisé dans la caillasse, il faut dégagé les roues pour la faire repartir. Comme le chinois n'a qu'un bras, que le vieux chasseur est parti se balader et que le vieux fou est incapable de soulever un gravier, c'est moi et La Fleur qui nous y collons sous le regard moqueur du chinois et du vieux fou. Après il a fallu mettre des rocher dans les trous pour que les roues reprennent. Le vieux doit fumer du tabac indien pour être aussi azimuté, il sucre de plus en plus les fraises. Et dire que c'est lui qui conduit!

Jour 19
On est arrivé au monastère et comme prévu le pirate est déjà passé par là mais visiblement les moines ne sont pas des perdreaux de l'année. j'en ai jamais vu des comme ça. Ils sont du genre trappus.
On a rencontré le père Etienne qui a eu les yeux crevés par le pirate mais qui voit encore. Dire qu'il y a à peine deux mois j'aurais ri au nez du premier connard qui m'aurait raconté ça! Il a besoin de se reposer et c'est pas La Fleur qui jacte tout le temps qui va l'aider.

Jour 20
On a enterré les cadavres hier et maintenant les moines s'entraînent, j'avais raison c'est une sorte de secte de moine guerrier nous a expliqué. Il nous a confirmé dans quelle merde on est avec ce bouquin et doit le traduire, il nous a fait un laïus sur la mission que nous a confié Dieu et tout le blabla. Chez moi ce genre de discours s'est plus du genre si tu suis pas, on te butte. Perso ça me dérange pas car j'avais déjà décidé d'y aller mais ça gratte La Fleur. Le vieux est toujours à l'Ouest, il ricane et fait des vannes foireuses. Dire que je trouvais sa maîtresse cinglée.
Je dois avouer que je dors mieux ici que ces derniers temps, mais c'est pourtant pas la foi qui me guide.
Je crois que je vais passer la semaine à m'entraîner au tir et au combat.

Jour 25
Il est venu le temps de partir et heureusement car j'en ai marre de me faire humilier par les moines au combat, au moins j'ai fait des progrès au couteau et à l'esquive mais putain que c'est humiliant de se faire torcher par des types en robe. On sait que l'objet est un oeuf avec des écritures dessus. On a 3 possibilités, la première rencontrer des indiens, la seconde aller à Shan Fan et la dernière aller à Lost Angels. Finalement c'est Lost Angels que l'on a choisi, ça tombe bien c'était mon choix. Je cherche toujours à comprendre pourquoi La Fleur veut aller voir les indiens! En tout cas direction Lost Angels, D'après le vieux prêtre chasseur c'est pas le paradis, c'est même l'inverse. Des coins pourris j'en ai connu, je sais comment m'y prendre dans les ports louches.
En tout cas j'espère être meilleur que ces derniers jours car je sais pas si c'est le choc de ces derniers jours mais je suis une vrai brêle!

_________________
"Un bataille  équitable c'est quoi? C'est à dix contre un avec une intense préparation d'artillerie. Si tu veux de la finesse demande à ces tapettes de Space Marines." dixit un lieutenant de la garde Impériale.
"Ah! l'odeur de l'ork brûlé au petit matin, putain que c'est bon!" Le même lieutenant après la bataille.
Revenir en haut Aller en bas
edgar pied leger
Edgar
Edgar
avatar

Messages : 2014
Date d'inscription : 06/03/2012
Age : 45
Localisation : t'aimerai bien le savoir hein!

MessageSujet: Re: JOURNAL D’ALAN BEDILLON TROTTER   Sam 1 Fév - 12:39

Jour 27
On est parti en direction de Lost Angels. On va passer d'abord par Sacramento avant de se diriger vers Lost Angels. Le vieux prêcheur vient de nous avouer qu'il a les hommes de Grimme au cul car il connait l'origine de la viande que Grimme distribue le dimanche. Il tourne autour du pot pour pas donner l'origine. J'en conclus que c'est de la viande humaine. C'est gerbant! C'est La Fleur qui l'a mal pris, ça lui a même coupé le sifflet c'est dire! Remarque que je le comprends mais je ne sais pas pourquoi mais j'arrive pas à être choqué. Le vieux cinglé lui par contre nous a gratifié de vannes pourries sur la viande en riant comme un bossu. Il est presque flippant surtout quand il conduit.
D'ailleurs il a des problèmes de frein avec sa machine infernale, j'avoue quand j'ai vu la jauge de pression monté je ne me suis pas posé de question je me suis jeté dehors, suivi de La Fleur. On s'est vautré comme des merdes juste pour voir ce putain de chariot s'arrêté 20m plus loin sans problème.
Il faisait nuit alors j'ai joué au type qui avait cru voir des ennemis en tirant dans le vide avant de rejoindre les autres. On sauve la face comme on peut mais personne n'est dupe!
La nuit s'est relativement bien passé à part que mes putains de cauchemar reviennent.

Jour 28
On est arrivé à Sacramento en fanfare, le vieux a encore eu des problèmes de frein et il a stoppé sa machine juste avant de percuter une loco. il a endommagé très légèrement la loco et mis en rogne les machinistes de la gare. Putain les types ont flippé et le vieux en a profité pour mettre du bois dans la chaudière pour les faire monter en pression. J'ai bien cru que ça allait finir en règlement de compte, le vieux s'en foutait, il était paisible à l'intérieur de son bourrier, c'est moi et La Fleur qui se seraient tapés ces connards, m'aurait fait chier d'en buter un à cause des conneries du vieux con. J'ai taxé un eagle (piece de 20 dollar or) au vieux pour qu'il paye un coup aux types.

A peine arrivé, quelqu'un nous a dit d'aller dans le rade du coin pour parler à un type. C'est un black qui s'la joue qui possède le rade, Malcom Luther ou un truc comme ça, et qui s'est senti obligé de nous tenir le crachoir sur sa société secrète à la con qui sauve le monde et bla! bla! Il nous a dit que Nobody est un ancien fils de chien, du genre à faire peur aux sorcières qui me course. Super! Encore un cintré dans la bande. Je commence à croire que c'est La Fleur le plus saint d'esprit de la bande c'est dire! Après on me demande pourquoi j'aime travailler en solo!
Le black nous a joué le monsieur je sais tout sur tout le monde et connait toute ma vie. Ce que j'ai préféré c'est quand il nous a dit que si on est sage, on aurait le droit de rejoindre sa société secrète. Qu'est ce que j'en ai a branler! Dés que je peux je retourne à ma vie solitaire sans cinglés qui m'accompagnent.

Après un bon bain et un rasage en règle chez le barbier, j'ai acheté de la bouffe et du matos parce que je suis certain que les autres n'y auraient pas pensé. Il y a un putain de brouillard qui vient de tomber on y voit pas à 10m c'est bizarre, ils ont jamais vu ça ici. j'ai un mauvais pressentiment. La Fleur a encore fait des siennes, au magasin général, en achetant des bouquins à 4 sous pour 20 dollars. j'y crois pas. je ne suis pas une nourrice bordel! Comment il a fait pour vivre aussi longtemps!

Je suis allé au bordel avec le vieux et Nobody, La FLeur veut pas y aller et veut rester dehors. C'est surement un mateur. je suis parti avec une belle sudiste, Elle était magnifique mais son regard me troublait.
J'ai compris pourquoi, cette salope est une sorcière, elle a essayé de me flinguer. J'ai réussi à la buter mais j'ai morflé ma race avec ses tours de magie noire. J'ai pas été assez prudent et je le paye c'est une bonne leçon. La mère maquerelle est sous le choc et j'ai fait le type outré pour me faire payer les soins et du bon whisky. Par contre ça m'a ôté l'envie de baiser!
Une chose est certain, La Fleur ne me matait pas sinon il serait venu m'aider enfin j'espère!

On part ensuite pour Progrès où on pourrait trouver un bateau paraît-il, on verra bien.

_________________
"Un bataille  équitable c'est quoi? C'est à dix contre un avec une intense préparation d'artillerie. Si tu veux de la finesse demande à ces tapettes de Space Marines." dixit un lieutenant de la garde Impériale.
"Ah! l'odeur de l'ork brûlé au petit matin, putain que c'est bon!" Le même lieutenant après la bataille.
Revenir en haut Aller en bas
edgar pied leger
Edgar
Edgar
avatar

Messages : 2014
Date d'inscription : 06/03/2012
Age : 45
Localisation : t'aimerai bien le savoir hein!

MessageSujet: Re: JOURNAL D’ALAN BEDILLON TROTTER   Sam 8 Mar - 9:51

Jour 29
Il y a des jours comme cela où le réveil est agréable. Je me lève pour voir la tête de Luther, ce qui n'est pas à proprement parlé une bonne nouvelle mais il m'a jeté une bourse de 2000$ pour avoir tué la sorcière. Au moins en voilà une qui m'aura rapporté autre chose que des ennuis.
Il nous explique que son comité et lui n'était pas une organisation bénévole et que la mort d'une monstruosité rapportait de l'argent. N'empêche que j'aime pas ce type...
On part pour Progrès en début de matinée que l'on a atteint sans encombre en fin d'après-midi.

Jour 30
Aujourd'hui on part à la chasse au bateau et on cherche à vendre l'invention de Rivets. Visiblement le temps moyen pour avoir un navire au chantier naval est de 6 mois et le prix bien qu'inférieur au reste du labyrinthe est assez prohibitif. La seule chose qui m'ennuie est de rester plus de 6 mois au même endroit.
On a pas encore de prix pour le chenalier mais il faut compter 40000 pour un sous-marin, donc j'ne déduis que cela doit être dans les 20000 pour un chenalier.
On a déjà eu des touches pour le chariot de Rivets, il s'agit d'un certain Alfred Belon qui à l'air intéressé mais qui fait semblant de ne pas l'être.
On a passé la journée à visiter la ville et proposer de vendre l'invention. Il y a un certain Burns qui est intéressé également et surtout un chinois dont je suis incapable de répéter le nom. Visiblement les autres types de la ville empêche le chinetoque de se développer, j'en ai rien à cirer mais c'est un bon levier pour faire grimper les prix.
La soirée a été profitable, puisque sans se faire chier on l'a vendu pour 20000$ que l'on va investir en matériel que l'on va refiler au chinois pour un échange de technologie et de connaissance. Ca risque de faire du suif dans la ville quand cela se savoir que l'on travaille avec le chinois. Va falloir être sur ses gardes.

_________________
"Un bataille  équitable c'est quoi? C'est à dix contre un avec une intense préparation d'artillerie. Si tu veux de la finesse demande à ces tapettes de Space Marines." dixit un lieutenant de la garde Impériale.
"Ah! l'odeur de l'ork brûlé au petit matin, putain que c'est bon!" Le même lieutenant après la bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JOURNAL D’ALAN BEDILLON TROTTER   

Revenir en haut Aller en bas
 
JOURNAL D’ALAN BEDILLON TROTTER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Azov ou le journal d'un patriote.
» Brève du Journal Officiel du Donjon.
» Journal d'un paysan
» Un journal de la Horde...
» Journal de l'Infirmerie de Gnomeregan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Légion Celte :: Jeux :: Jeux de Rôle :: Deadlands-
Sauter vers: